Google + Fil RSS

Articles avec mots-clés ‘Oph’

  1. Oph Monthly #1 : janvier 2018

    Commentaires fermés sur Oph Monthly #1 : janvier 2018

    janvier 15, 2018 par Oph

    Ce n’était pas une résolution, mais un projet pour l’année : mettre en ligne une vidéo par mois.3615 MyLife garanti, j’y cause avant tout de ma toute récente publication chez Walrus, mais aussi de choses et d’autres au fur et à mesure qu’elles me plopp…


  2. Walrus Institute 3 : Pulp Wars

    Commentaires fermés sur Walrus Institute 3 : Pulp Wars

    janvier 9, 2018 par Oph

    Il est sorti ! Et il est gratuit !Le dernier opus de la série Walrus Institute est disponible depuis hier sur toutes les bonnes plateformes de distribution d’ebooks.Présentation de l’éditeur :Après la mort de Palmer McGrady, auteur fétiche de Bang Bang…


  3. Dimanche gris

    Commentaires fermés sur Dimanche gris

    janvier 7, 2018 par Oph

    Premier dimanche de l’année, fin de vacances imminente pour nos écoliers, ciel gris sale à travers les branches nues de mes arbres, dans lesquelles s’agitent quelques pies. Sapin de Noël en cours de démontage. Fin de fêtes, nouveau départ.La période se…


  4. Vidéo de Noël

    Commentaires fermés sur Vidéo de Noël

    décembre 25, 2017 par Oph

    Peut-être vloggerai-je à l’avenir…
    En tout cas, voici une vidéo de 15 minutes enregistrée juste avant le réveillon, où je fais le point sur 2017 et 2018.
    Joyeuses fêtes !

  5. Vidéo de Noël

    Commentaires fermés sur Vidéo de Noël

    décembre 25, 2017 par Oph

    Peut-être vloggerai-je à l’avenir…
    En tout cas, voici une vidéo de 15 minutes enregistrée juste avant le réveillon, où je fais le point sur 2017 et 2018.
    Joyeuses fêtes !

  6. Festival du livre de Colmar (25-26 novembre 2017)

    Commentaires fermés sur Festival du livre de Colmar (25-26 novembre 2017)

    novembre 20, 2017 par Oph

    C’est ce week-end et ce sera ma première dédicace en Alsace.
    Retrouvez-moi au parc des expositions de Colmar sur le stand des éditions du Chat Noir, dans le hall 3, du côté du mur de droite par rapport à l’entrée. J’y serai le samedi à partir d’environ 10h30 et le dimanche jusqu’à environ 16h30, des heures contraintes par mes trains aller et retour depuis Paris.
    Lectrices et lecteurs d’Alsace, je compte sur vous pour faire tomber le palier des 700 dédicaces numérotées !

  7. Festival du livre de Colmar (25-26 novembre 2017)

    Commentaires fermés sur Festival du livre de Colmar (25-26 novembre 2017)

    novembre 20, 2017 par Oph

    C’est ce week-end et ce sera ma première dédicace en Alsace.
    Retrouvez-moi au parc des expositions de Colmar sur le stand des éditions du Chat Noir, dans le hall 3, du côté du mur de droite par rapport à l’entrée. J’y serai le samedi à partir d’environ 10h30 et le dimanche jusqu’à environ 16h30, des heures contraintes par mes trains aller et retour depuis Paris.
    Lectrices et lecteurs d’Alsace, je compte sur vous pour faire tomber le palier des 700 dédicaces numérotées !

  8. Et l’écrirêveuse écrirêvait

    Commentaires fermés sur Et l’écrirêveuse écrirêvait

    novembre 8, 2017 par Oph

    Enfin, rêvait, surtout.
    En octobre, j’ai mis un point final au premier jet d’Au-delà des lumières, quatrième et dernier tome de la série Ana l’Étoilée. C’était curieux d’en terminer avec une héroïne à laquelle, pendant des années, je suis revenue entre deux projets qui n’avaient rien à voir. Mon petit détour chez Ana, c’était ma respiration, mon bol de fun. J’ai adoré me mettre dans la peau de cette jeune femme qui vit bien sa nature de sorcière, un peu moins bien les ennuis qui lui tombent sur le coin du nez, et qui a toujours des pensées incongrues au mauvais moment.
    Allez, ce n’est pas encore tout à fait fini. J’ai deux phases de correction/réécriture devant moi : avant l’envoi à l’éditeur, et après, avec Mathieu Guibé à la direction littéraire.

    Mais avant de penser au tome 4, n’oublions pas que le tome 3 est sorti depuis deux mois et que j’ai deux salons d’automne pour le dédicacer !
    La première de ces dates a eu lieu le week-end dernier : c’était le Salon Fantastique. Égal à lui-même en termes de lieu et d’organisation (on est quand même mieux à Champerret qu’à la Porte de la Villette), ce week-end m’a permis de retrouver des camarades que je n’avais pas vus depuis trop longtemps. Voilà ce qui arrive quand on décide de lever le pied sur les événements auxquels on n’est pas invitée : on n’est pas invitée davantage et donc on ne va plus nulle part.
    En tout cas, c’était très chouette. J’étais malade, mais c’était très chouette.
    La seconde occasion de me rencontrer est prevue dans deux semaines, au Salon du Livre de Colmar. Il s’agira de ma toute première dédicace en Alsace. Outre les trois premiers tomes d’Ana l’Étoilée, je pourrai y signer L’Ouroboros d’argent… mais probablement pas La dernière fée de Bourbon.
    En effet, au Salon Fantastique, nous avons une nouvelle fois écoulé tous les exemplaires du roman disponibles sur place ; la différence avec les salons précédents, c’est que sauf découverte miraculeuse de dernière minute, il n’en reste plus en stock aux éditions du Chat Noir.
    Je répète : il n’y a plus d’exemplaires de La dernière fée de Bourbon aux éditions du Chat Noir. Il en reste un certain nombre en librairie, mais c’est tout.
    Qu’est-ce qu’on fait, alors ? Le roman sera-t-il épuisé ?
    Non.
    Son exploitation aux éditions du Chat Noir continuera sous forme d’impression à la demande.
    Mais pour mon uchronie fantastique réunionnaise, ce succès est surtout l’occasion de passer à la vitesse supérieure puisqu’une réédition en semi-poche est prévue au printemps 2018 !
    Pour ma fée, c’est la promesse d’une meilleure diffusion, d’une présence mieux assurée en librairie, et aussi peut-être de dédicaces en plus ; je commence à me pencher sur le sujet. J’ai des plans assez sérieux pour deux librairies en région parisienne.
    Et ensuite ?
    Ensuite, pas grand-chose de visible. Une fois passées les échéances d’Ana et de la Fée, je suis actuellement sans autre contrat d’édition.
    Il y a la suite de L’Ouroboros d’argent, mais c’est compliqué de publier une suite si longtemps après le premier tome.
    Il y a la suite d’Et pour quelques gigahertz de plus, mais le rythme de parution d’Ad Astra met ce roman-là quelque part entre l’Arlésienne et le serpent de mer.
    Il y a Fille des deux rives et son pendant inédit Fils du miroir, à ressortir peut-être un jour, pourquoi pas en auto-édition ?
    Il y a 180 qui ne trouve pas preneur, mais je n’ai pas beaucoup d’énergie à consacrer à la recherche de ce côté.
    Il y a Freaks’ Squeele qui doit rentrer dans le giron d’Ankama, mais pas avant que Florent et moi n’ayons récupéré les droits sur le tome 1, courant 2018.
    Et puis, là, tout de suite, maintenant, il y a Ysa Zéro.
    J’ai entamé le travail de correction-réécriture sur mon roman de SF YA pseudo-dystopique (souvenez-vous de mon incapacité chronique à rester dans les codes d’un sous-genre, quel qu’il soit) par une bonne relecture, et le verdict s’est avéré implacable : tout le début était à refaire. Par là, j’entends au moins les quatre ou cinq premiers chapitres. Je m’acquitte de cette tâche à la vitesse d’un escargot, en partie parce que ma motivation est limitée en ce moment, et en partie parce que c’est compliqué d’écrire quand, à force de rhume, on a le cerveau qui coule par le nez.
    J’ai deux ou trois éditeurs en ligne de mire pour ce roman. J’aime toujours d’amour ma jeune héroïne. Conclusion : il me faut quelques coups de pied au derrière.

  9. Et l’écrirêveuse écrirêvait

    Commentaires fermés sur Et l’écrirêveuse écrirêvait

    novembre 8, 2017 par Oph

    Enfin, rêvait, surtout.
    En octobre, j’ai mis un point final au premier jet d’Au-delà des lumières, quatrième et dernier tome de la série Ana l’Étoilée. C’était curieux d’en terminer avec une héroïne à laquelle, pendant des années, je suis revenue entre deux projets qui n’avaient rien à voir. Mon petit détour chez Ana, c’était ma respiration, mon bol de fun. J’ai adoré me mettre dans la peau de cette jeune femme qui vit bien sa nature de sorcière, un peu moins bien les ennuis qui lui tombent sur le coin du nez, et qui a toujours des pensées incongrues au mauvais moment.
    Allez, ce n’est pas encore tout à fait fini. J’ai deux phases de correction/réécriture devant moi : avant l’envoi à l’éditeur, et après, avec Mathieu Guibé à la direction littéraire.

    Mais avant de penser au tome 4, n’oublions pas que le tome 3 est sorti depuis deux mois et que j’ai deux salons d’automne pour le dédicacer !
    La première de ces dates a eu lieu le week-end dernier : c’était le Salon Fantastique. Égal à lui-même en termes de lieu et d’organisation (on est quand même mieux à Champerret qu’à la Porte de la Villette), ce week-end m’a permis de retrouver des camarades que je n’avais pas vus depuis trop longtemps. Voilà ce qui arrive quand on décide de lever le pied sur les événements auxquels on n’est pas invitée : on n’est pas invitée davantage et donc on ne va plus nulle part.
    En tout cas, c’était très chouette. J’étais malade, mais c’était très chouette.
    La seconde occasion de me rencontrer est prevue dans deux semaines, au Salon du Livre de Colmar. Il s’agira de ma toute première dédicace en Alsace. Outre les trois premiers tomes d’Ana l’Étoilée, je pourrai y signer L’Ouroboros d’argent… mais probablement pas La dernière fée de Bourbon.
    En effet, au Salon Fantastique, nous avons une nouvelle fois écoulé tous les exemplaires du roman disponibles sur place ; la différence avec les salons précédents, c’est que sauf découverte miraculeuse de dernière minute, il n’en reste plus en stock aux éditions du Chat Noir.
    Je répète : il n’y a plus d’exemplaires de La dernière fée de Bourbon aux éditions du Chat Noir. Il en reste un certain nombre en librairie, mais c’est tout.
    Qu’est-ce qu’on fait, alors ? Le roman sera-t-il épuisé ?
    Non.
    Son exploitation aux éditions du Chat Noir continuera sous forme d’impression à la demande.
    Mais pour mon uchronie fantastique réunionnaise, ce succès est surtout l’occasion de passer à la vitesse supérieure puisqu’une réédition en semi-poche est prévue au printemps 2018 !
    Pour ma fée, c’est la promesse d’une meilleure diffusion, d’une présence mieux assurée en librairie, et aussi peut-être de dédicaces en plus ; je commence à me pencher sur le sujet. J’ai des plans assez sérieux pour deux librairies en région parisienne.
    Et ensuite ?
    Ensuite, pas grand-chose de visible. Une fois passées les échéances d’Ana et de la Fée, je suis actuellement sans autre contrat d’édition.
    Il y a la suite de L’Ouroboros d’argent, mais c’est compliqué de publier une suite si longtemps après le premier tome.
    Il y a la suite d’Et pour quelques gigahertz de plus, mais le rythme de parution d’Ad Astra met ce roman-là quelque part entre l’Arlésienne et le serpent de mer.
    Il y a Fille des deux rives et son pendant inédit Fils du miroir, à ressortir peut-être un jour, pourquoi pas en auto-édition ?
    Il y a 180 qui ne trouve pas preneur, mais je n’ai pas beaucoup d’énergie à consacrer à la recherche de ce côté.
    Il y a Freaks’ Squeele qui doit rentrer dans le giron d’Ankama, mais pas avant que Florent et moi n’ayons récupéré les droits sur le tome 1, courant 2018.
    Et puis, là, tout de suite, maintenant, il y a Ysa Zéro.
    J’ai entamé le travail de correction-réécriture sur mon roman de SF YA pseudo-dystopique (souvenez-vous de mon incapacité chronique à rester dans les codes d’un sous-genre, quel qu’il soit) par une bonne relecture, et le verdict s’est avéré implacable : tout le début était à refaire. Par là, j’entends au moins les quatre ou cinq premiers chapitres. Je m’acquitte de cette tâche à la vitesse d’un escargot, en partie parce que ma motivation est limitée en ce moment, et en partie parce que c’est compliqué d’écrire quand, à force de rhume, on a le cerveau qui coule par le nez.
    J’ai deux ou trois éditeurs en ligne de mire pour ce roman. J’aime toujours d’amour ma jeune héroïne. Conclusion : il me faut quelques coups de pied au derrière.

  10. Inktober 2017, le récap

    Commentaires fermés sur Inktober 2017, le récap

    octobre 31, 2017 par Oph

    Nous voici au soir du 31 octobre et j’ai terminé le challenge Inktober !
    Apparemment, c’est un peu comme le NaNoWriMo (pour lequel, non, je ne rempile pas cette année) : la plupart des gens qui se lancent dans le défi ne tiennent pas la contrainte. Étant le genre personne qui ne tente un truc qu’avec l’intention de le réussir, je suis allée au bout d’Inktober comme… Oh, allez, je me la pète. Comme j’ai réussi les 10 NaNoWriMos que j’ai commencés.
    Bref.
    Il existe une liste de thèmes officielle, mais j’ai choisi de suivre la liste des voyageurs de l’espace, du Tumblr Drop the Drawing.
    Et j’ai fait (parfois très mal) les 31 dessins demandés. Ils pètent un peu la mise en page, mais on fera avec.

    1. The Dreamer

    2. The Alien Empress

    3.The Engineer Girl

    4.The Rovers

    5.The Old Scientist

    6. The Bounty Hunters

    7.The Sentient Being

    8.The Space Priest

    9. The Sisters

    10.The Alien Cat

    11.The God-Man

    12. The Clones

    13.The Space Wolf

    14.The Mercenary

    15. The Lost Boy and Dog

    16.The Teenage Racers

    17.The Old Planet

    18. The Space Beast

    19. The Imperial Assassin

    20. The Invaders

    21. The Dark Figure

    22.The Intergalactic Family

    23.The Space Police

    24. The Prisoner

    25.The Grandfather

    26.The Child

    27. The Shape Shifter

    28.The Planet Eater

    29.The Cruise Ship

    30. The AI Ships

    31. The Benevolent Aliens
    Bref, c’est fini, je suis allée au bout, il y a peu de chances que je recommence parce que ça aspire l’énergie créative aussi sûrement qu’un NaNoWriMo, mais c’était un exercice intéressant que je ne regrette pas.
    J’ai maintenant une pochette pleine de dessins tout neufs au stylo-bille.

Archives

Catégories

ZoC sur Twitter