Le Club des cinq se rebiffe

Billet en réaction à celui de Tout à l’Ego sur la nouvelle traduction du Club des Cinq (lui même en réaction à ce billet d’il y a trois ans qui la dézinguait dans les grandes largeurs)

Si je puis me permettre (et avec un énorme caveat qui est que je n’ai pas lu les Club des Cinq en version originale), je vois plusieurs points d’inégale importance et des procès d’intention des deux côtés.
(disclaimer 2: ceci est un avis de (très) gros lecteur. Forcément, je suis en plein dans la catégorie des gens qui critiquent cette nouvelle traduction)

- sur le changement de temps, je n’aime clairement pas le passage au présent, mais je suis conscient que c’est un goût subjectif (je trouve que cela rend certaines concordances des temps foireuses)
- sur l’appauvrissement du vocabulaire (pas lu ici, mais je me souviens d’un autre article lu il y a plusieurs mois où l’on reprochait au traducteur d’avoir remplacé la plupart des verbes de paroles par un simple « dire » – je n’ai pas fait une comparaison exhaustive non plus, cela dit), si c’est avéré, c’est pour moi dommage. Je pense qu’il est très important de confronter les enfants au vocabulaire le plus large possible (et notamment parce que la pensée se construit par et grâce au vocabulaire – et c’est là que j’évoquerai la « novlangue », mais dans son sens littéral: réduire le vocabulaire pour réduire la pensée, c’est ce qui la sous-tend dans 1984 1).
- Sur l’actualisation du vocabulaire et (surtout) des tournures, je suis par contre parfaitement d’accord qu’un lifting devait être effectué. Entre les formules lourdes (« en admettant même que nous emportions le contenu du réfrigérateur » vs « même si nous prenions tout ce qu’il y a dans le frigo » dans un dialogue, il n’y a pas photo 2), ou les anglicismes mal traduits (l’exemple que j’ai en tête n’est pas du Club des Cinq, mais d’une autre série de la bibliothèque rose, dans lequel on trouvait un « joliment » toutes les deux lignes de dialogue, genre « c’est joliment bien » ou « ça a été joliment rapide », que je trouvais parfaitement ridicule jusqu’au jour où je me suis dit – fort longtemps après, et grâce à l’aide de Google Translate – que ça devait être une traduction approximative de « pretty » – That’s pretty good, that was pretty quick), il faut reprendre les traductions des années 50 et 60…
- Sur la modification du contenu, enfin, et c’est là que je suis le plus critique. Retirer les passages où Annie chouine, c’est d’une part trahir la volonté de l’auteur: si elle a collé une gamine qui chouine, c’est qu’elle avait envie/besoin de mettre une gamine qui chouine. Et d’autre part, c’est, à mon sens, faire un procès d’intention de stéréotype. Annie en fille « qui pleurniche et fait la tambouille » est peut-être un archétype, mais toutes les filles d’Enid Blyton ne sont pas des cuisinières pleurnicheuses, à commencer par Claude. Idem pour les gitans: certains sont violents, mais ils ne le sont pas parce qu’ils sont gitans, mais parce qu’ils sont méchants (peut-être pas dans celui-là, dont je n’ai aucun souvenir précis, mais d’autres épisodes présentent justement des gitans servis comme boucs émissaires dans des affaires de vol alors qu’ils sont innocents). Et je pense qu’il est aussi important de présenter à des enfants des situations injustes, pour les faire réagir (un parent qui balance des torgnoles à son fils, c’est choquant, oui, mais c’est là pour ça aussi).
- Et pour finir, sur la question des « livres pour enfants », je n’ai jamais considéré les Club des Cinq comme un livre « pour débutants » dans la lecture. De mon temps, il y avait au sein de la Bibliothèque Rose une « sous-collection » baptisée « Minirose » et qui contenait des livres destinés aux lecteurs débutants, et où l’on trouvait le très mièvre Oui-Oui et le bien plus subversif Jojo Lapin. Les Club des Cinq et autres Fantômette sont, eux, destinés à des lecteurs qui sont déjà passés par cette étape (grosses lettres, vocabulaire simple, histoires basiques) et sont donc à même d’intégrer intrigues plus complexes et niveau de langue supérieur.

Faut-il en conclure à une baisse du niveau de langue? Certainement pas. Tout au plus un peu de soumission à l’air du temps (on élimine un peu trop de choses « qui fâchent » à mon sens), et vraisemblablement un changement de public-cible (lié au fait pas mal ancré dans l’inconscient collectif que les Bibliothèque Rose, c’est pour les enfants qui débutent en lecture).

Après, moi je m’en fiche, j’ai trouvé la collection complète dans l’ancienne version (à un ou deux pouillèmes près) dans des vide-greniers ou chez Emmaüs à très-pas-cher l’unité, alors les nouvelles traductions, je m’en fiche un peu…

Notes:

  1. Point 1984, check!
  2. enfin si, puisque je tire la citation de l’illustration du blog sus-évoqué

e-lecture

Depuis quelques années, la question du futur du livre se pose avec l’arrivée successive de l’ordinateur, des smartphones, des tablettes et des liseuses (à peu près dans l’ordre), et pour ma part, s’il n’a jamais été question de remettre en cause la présence d’une bibliothèque la plus fournie possible chez moi, j’ai quelque peu expérimenté ces nouveaux moyens de lecture, qui ont des avantages non négligeables, qu’il s’agisse de ne pas prendre la poussière (ou en tous cas dans des proportions plus raisonnables que quelques dizaines de mètres de rayonnage) ou d’un accès rapide à une grande variété d’oeuvres (voire exclusif, la publication d’un pdf sur Internet ne coûtant presque rien là où l’édition d’un livre, ou même la simple impression d’un document a un coût). Petit panorama des différentes solution, avec un avis parfaitement subjectif à leur sujet.

20140203-213302.jpg

De bas en haut: un livre, un smartphone, une « tablette », une liseuse. Autour, un ordinateur, le vôtre

L’ordinateur

Eliminons tout de suite le premier participant. Loin de moi l’idée de dire que l’ordinateur n’est pas devenu un outil de lecture quotidien (après tout, qu’êtes-vous en train de faire?), mais ce n’est vraiment pas l’outil le plus agréable. Sans même parler du fixe, qu’il est illusoire de déplacer et impossible d’utiliser loin d’une prise, un portable est lourd, prend de la place et chauffe terriblement (mais si, toi aussi ami lecteur, tu as regardé des DVD au fond de ton lit, alors tu sais de quoi je parle). Autant dire que pour lire quoi que ce soit de plus long qu’un article de journal, c’est vraiment la pire des solutions…

Le smartphone

De nos jours, rares sont ceux qui n’ont pas un de ces machins puissants comme l’ensemble des ordinateurs de la NASA en 1969 dans leur poche. Et sachant que l’on s’en sert pour écouter de la musique, regarder des vidéos, lire ses mails, voire naviguer sur Internet (pour ne pas parler des jeux chronophages et de Twitter), il était logique de penser à cet outil pour essayer de lire des livres. Constat décevant. L’écran est trop petit pour être confortable, l’éclairage actif est rapidement fatigant, et seuls les écrans à ultra-haute résolution ne font pas baver le texte à une taille qui évite de tourner les pages tous les deux mots…

Interlude! L’éclairage actif:
A gauche, un écran actif, à droite, un écran passif rétro-éclairé

A gauche, un écran actif, à droite, un écran passif rétro-éclairé

Une image valant un long discours, on voit assez rapidement qu’un écran actif brille vachement, alors qu’un écran passif beaucoup moins

la tablette

Comme vous pouvez le voir sur la photo plus haut, je n’ai pas utilisé une vraie tablette, mais un truc reconditionné en liseuse, avec deux boutons (assez pratiques) pour tourner les pages, mais les caractéristiques générales d’une tablette (sauf que je ne pouvais pas jouer à Angry Birds dessus). Dans les points positifs, une taille confortable, un poids supportable, et une fonction assez agréables: un « mode nuit » permettant de lire sans trop se fatiguer les yeux, avec le texte en blanc sur fond noir. Dans les points négatifs, l’éclairage actif, qui est vraiment LE handicap majeur de mon point de vue, mais aussi une autonomie assez pauvre. N’espérez pas partir 15 jours en vacances avec (j’avoue n’avoir jamais fait de vraie étude sur le réel temps de la batterie, mais ça doit tourner autour d’une petite dizaine d’heures d’utilisation)…

la liseuse

Si vous avez bien suivi la progression de cet article et que vous en savez un minimum sur les liseuses, vous allez comprendre tout de suite pourquoi c’est mon choix. D’abord, elle a la bonne taille (un peu plus grande qu’un livre de poche. Kobo avait fait un temps un modèle plus petit, mais 6″ est un minimum à mon avis pour une lecture confortable), le bon poids (c’est deux fois plus léger qu’une tablette de dimensions équivalentes), une autonomie confortable (je ne l’ai rechargée qu’une fois depuis un mois), le bon écran… pour peu qu’elle soit rétro-éclairée.
Soyons clair, c’est le point crucial pour moi. Si j’avais voulu lire la lumière allumée, je n’aurais pas acheté de liseuse, aussi le rétroéclairage est-il une donnée importante (mon père, qui a une liseuse depuis plusieurs années et avant les modèles rétroéclairés, a équipé la sienne d’une petite lampe à clip mais c’est bien moins confortable).
Par contre, c’est uniquement en noir et blanc, donc n’espérez pas regarder vos photos de vacances ou le film des premiers pas du petit neveu dessus…

et pour finir, quelques conseils généraux

Vérifiez la capacité d’extension de votre machin. Même si un bouquin ne prend pas vraiment de place, une carte-mémoirs vous permet de récupérer des trucs si vous avez oublié votre câble de connexion (et puis éventuellement, vous pouvez faire une carte spéciale pour votre collection de pdf de jeux de rôle, une pour les livres pour enfants, une pour les livres pas pour enfant…)
Privilégiez les liseuses à format ouvert et fuyez les formats verrouillés par les DRM (oui, cela semble très anti-Kindle, ma diatribe, mais quand pas plus tard que ce matin, j’ai lu la dernière d’Adobe au sujet de leurs DRM d’ebooks, je deviens méfiant – et Amazon a aussi quelques casseroles aux fesses sur le sujet)
Essayez le truc, voire, si possible, faites-vous prêter un terminal pour essayer. L’avis que je donne est entièrement subjectif et vous avez le droit de préférer autre chose…