Croquis rôlistes

Parce que même quand on manie (trop) le clavier – ce sprint final simultané entre mon boulot-qui-paie-les-factures et le manuscrit du tome 2 de Freaks' Squeele aura ma peau –, c'est important de ne pas lâcher le crayon. Et aussi de se faire plaisir en parcourant quelques donjons.



Le retour du jeu de rôles

Joie, bonheur, cotillons ! Nous avons démarré une nouvelle campagne, avec des personnages tout neufs niveau 1 !
C'était donc l'occasion de leur tirer le portrait.

Szeweryn, clerc.

Illyana, traqueuse.

Dracielle, paladine.

Coup de crayon : Ysa

Le crobard du jour, c'est l'héroïne de mon dernier NaNoWriMo, mon futur roman de SF Young Adult : Ysa Insulae, 18 ans, fraîchement intégrée à la police centrale de l'Enceinte 9. Grande, baraquée, généreuse, un brin naïve.


Le roman frise avec la dystopie sans y tomber totalement, puisqu'il n'y a pas de gros despotisme qui tache ni de volonté de mettre en œuvre une utopie. Juste une organisation montée à la va-vite pour parer à une situation d'urgence, qui a perduré par la force des choses, mais prend l'eau de toutes parts.
Autant le dire tout de suite, tout éditeur qui accepterait le texte puis essaierait de whitewasher Ysa sur la couverture s'exposerait à des morsures de ma part.

Loudun 1901

Grâce à des camarades nanardeurs, j'ai découvert le jeu de rôles Maléfices, comme quoi Jaguar Force mène à tout. En deux séances, nous avons joué (et réussi malgré une perte) un scénario qui se passe à Loudun en 1901.
Comme d'habitude, cela m'a fourni l'occasion de crayonner un peu, entre deux prises de notes frénétiques.

La rue Chaude... C'est bien ce que vous croyez.

Mon personnage, une prof bien sous tous rapports mais avec un petit secret (qui ne m'a hélas guère servi en jeu).

Communiqué de l’amicale Joie et Chocolats


Malgré les craintes, malgré les bombes, malgré les fusils mitrailleurs.
En dépit des inégalités sociales et des acquis que l'on nous supprime l'un après l'autre.
Au nez et à la barbe des saletés diverses qui nous ont pris des êtres chers.
Au grand soleil et au temps fort peu hivernal d'un El Niño de compétition.
 
Tant pis pour tout cela ! Ce qui compte, c'est ce qu'on veut encore faire, les uns avec les autres.
 
 
Vous tous, oui, là, vous ! Je vous aime et je vous souhaite d'excellentes fêtes de fin d'année.
Joyeux Noël !

L’agilité des licornes

Cette semaine, j'ai participé à un séminaire au cours duquel s'est beaucoup posée la question de l'agilité (comme disait une collègue, Périphrase pour éviter de dire "réduction des coûts"). Me connaissant, ça ne pouvait pas rater : est arrivé un moment où j'ai dessiné un truc avec le matériel fourni.


Doit-on en conclure qu'à mon avis, on a autant de chances d'être agiles que de trouver une licorne au coin du bureau ?
Je ne me prononce pas.

Un petit coup de dragon ?

C'est récent dans notre campagne de jeu de rôles : la magicienne elfe peut se transformer partiellement en dragon. Attention, appeau à fantasmes !


Dessin réalisé, comme d'habitude, avec un crayon pendant la partie.

Telig et la pierre ioun

Quand on est déjà plus ou moins au taquet en termes d'armure, on ajoute les bonus qu'on peut.
Et puis, c'est marrant, une pierre ioun. Ça nous tourne autour toute la journée, et on la range quand on se couche. Pas besoin de s'en occuper.


"Il me faut un tabouret"

Le tabouret, en jeu de rôles, c'est l'accessoire indispensable du personnage qui, dans une situation donnée, a l'impression de ne rien pouvoir faire. Typiquement, en combat, si un perso de soutien a sorti tous les effets qui allaient bien et n'a plus qu'à attendre que les autres fassent le boulot. Ou ici, quand la magotte elfe se rend compte que le boss en face résiste à toutes les attaques qu'elle pourrait lui envoyer.


Donc voilà. On invoque un tabouret.

Le fanart du jour : Lord Akeldama

Je l'ai dessiné assez vite, parce que j'étais au bureau et que j'avais un peu autre chose à faire.
Je me demande à quoi, ou à qui, il pense, notre Al... je veux dire, Lord Akeldama.


Lord Akeldama est un des personnages les plus savoureux de l'univers déjanté de Gail Carriger (qu'elle surnomme d'ailleurs "Akeldamaverse").