Oph

« Née en 1979 et toujours pas morte » serait une bonne biographie à la Pratchett, mais d’une part, je ne suis pas Pratchett, et d’autre part, une description aussi succincte ne saurait satisfaire mon narcissisme, doublé depuis le début de l’année 2005 [[Suivant un lien vers un générateur de bonnes résolutions aléatoires, je suis tombée sur « Take over the world », et depuis, je me prends pour Cortex.]] d’une mégalomanie grandissante.


C’est donc au soir du vendredi 9 février 1979, dans un Loiret couvert d’un épais manteau de neige, que naquit celle qui allait devenir Oph. Et là, on voit tout de suite à quel point la prédestination était forte, car contrairement à Welf qui n’était pas encore Welf, ou à Skro qui n’était pas encore Skro, moi, j’étais déjà Oph. Détail qui échappa pourtant à mes proches, puisque mon diminutif resta longtemps le moins prestigieux « Ophie », et que mon père m’appellera « Mimie » jusqu’à son dernier souffle [[En dépit de cette évidente faute de goût, je souhaite bien sûr à mon papa d’avoir du souffle pour encore quelques décennies.]].

Après avoir vécu dans des régions géographiquement fort diverses [[Je n’en ferai pas une liste exhaustive, d’autant que certains séjours furent fort courts. Mais notez tout de même que la Réunion est dans le tas, et que je ne m’en suis jamais tout à fait remise.]], je finis par obtenir un diplôme d’ingénieur à Nantes, au grand dam du directeur des études de l’époque, qui m’avait passé un fichu savon quelques mois plus tôt, au motif que jamais je ne ferais un ingénieur digne de ce nom. Je ne le nie pas. Il se trouve que j’ai eu la moyenne requise, certes ras les fesses et avant tout grâce à d’excellentes notes en anglais, mais qu’au vu du résultat final, il fallait bien me diplômer.

Je m’empressai alors de filer à Paris, pour me faire embaucher par une banque où je travaille toujours, dans les services informatiques dédiés à la gestion administrative du personnel. En dépit des apparences, je n’ai donc que de vagues notions dans le domaine bancaire, et je me vois obligée d’éconduire régulièrement ceux qui me demandent des conseils pour des solutions d’épargne et autres prêts immobiliers. Le seul conseil que j’ai à vous donner, c’est: « Bossez dans une banque, la convention collective est formidable! »

Membre de la première heure du forum de Pen of Chaos (et avant ledit forum, habituée du livre d’or Ketix), je me fis tout naturellement, avec le temps, une petite place dans l’univers chaotique.

Parallèlement à mon travail, qui n’est heureusement pas la part la plus épanouissante de mon existence, je joue avec des claviers d’ordinateur, des crayons, des souris et même une tablette graphique. Les résultats de mes expériences sont visibles en divers endroits, du forum POC à l’Art du Donjon en passant par les casiers au-dessus de mon bureau, dont le contenu sera collector le jour où je serai devenue riche et célèbre.

Ne reculant devant rien, j’ai poussé l’aventure jusqu’à découvrir l’existence d’artefacts comme la machine à coudre (tremblez), le micro de karaoké, et même… le caméscope!
_ Résultat: rien de bien construit, mais pour votre sécurité, n’ouvrez pas le placard au-dessus du lit.

Résumons donc mes compétences principales:
– Maîtrise de la langue écrite (niveau 7)
– Maîtrise de la langue orale (niveau 2)
– Humour pourri (niveau 5, en constante progression depuis que je fréquente Welf)
– Faire croire que je parle anglais (niveau 5)
– Pâtisserie (niveau 3)
– Dessin (niveau 1,5)
– Recherche sur eBay (niveau 6)
– HTML de base au bloc-notes (niveau 2)
– Retouche photo (niveau 1)
– Parler de sexe (niveau 4)
– Faire du sexe (niveau confidentiel)
– Jouer la comédie (niveau 2)
– Chant (niveau 1,5)
– Composition musicale (niveau 0,3)
– Baragouin créole (niveau 1)
– Procrastination (niveau 12)

Sur ZoC Radio, quand je n’interviens pas en direct, je fournis aimablement des jingles minables et des études plus ou moins sérieuses touchant à l’intimité (et au lit le plus souvent [[Je ne suis pas Grande Maîtresse de l’Ordre des Templiers de Dlul pour rien!]]).

Bref, si vous vouliez ignorer un truc sur le sexe et qu’on vous en parle quand même, ce sera probablement à cause de moi.

Oph