Thé-d’oh-logie

Les Simpsons font partie des séries télévisées les plus connues, les plus longues et les plus déjantées jamais produites. Et leur impact, même sur des gens sérieux et seulement moyennement geeks, est non négligeable…


La preuve, cet article de l’Osservatore Romano, l’organe du Vatican, qui loue la série d’un point de vue théologique.

On avait vu des ouvrages scientifiques sur les Simpsons, mais ceci n’est pas étonnant, les scientifiques étant tous geeks à au moins 20%(d’après le geek test), on avait aussi eu droit à des explications psychologiques, et une plus surprenante étude philosophique sur les archétypes simpsoniens à la lumière des grands philosophes. Et même, un Evangile selon les Simpsons, qui n’est pas ce que vous croyez, mais une étude sur la vision de Dieu dans les séries animées américaines…

Bref, pour notre journaliste romain, non seulement les Simpsons (et les personnages secondaires) présentent une caricature intéressante du religieux (qu’il s’agisse du Rev. Lovejoy avec ses sermons interminables et son désabusement, ou de Neddinouchet Flanders, ses fils et leur respect pudibond et littéral de l’Ecriture), mais encore présentent-elles certaines questions existentielles, que ce soit sur l’existence de Dieu (« Dieu, si tu existes, ne fais aucun signe, rien du tout! »), sur la religion (« Et si nous n’avions pas choisi la bonne religion? Est-ce que Dieu ne serait pas de plus en plus en colère chaque fois que nous allons à l’église? ») ou sur la pratique religieuse. Et de terminer en montrant que Dieu reste, même pour ce gros nihiliste d’Homer, le dernier refuge dans le malheur: « Je ne suis pas vraiment un homme de religion, mais si vous êtes là haut, sauvez moi, Superman ».. Ah oui, parfois, il se trompe de nom.

Mais rassurez-vous, ce dessin animé fait toujours preuve de vulgarité et de violence…