L’indispensable mise à jour

Septembre, c’est la saison du marronnier par excellence. Alors je me vautre sans vergogne dans le « que sont-ils devenus ? » le plus complet.

Radiohead a fait parler de lui cet été en sortant une chanson hommage à Harry Patch. Le groupe prépare en ce moment son huitième album, qui devrait sortir comme In Rainbows, d’abord en ligne et ensuite seulement dans les bacs [[Sauf que maintenant, la pratique est devenue assez courante, sous la forme : « Attention, le dernier opus de Kikoolol est en preview sur FricThunes.com pendant dix jours ! »]]. Pour l’instant, j’avoue que je ne suis pas du tout convaincue par le premier extrait disponible. Espérons que c’est à cause des conditions du live qui ne mettaient pas la composition en valeur.

Alestorm, anciennement Battleheart, a désormais deux albums à son actif sous son nouveau nom. Les pirates écossais n’ont pas eu froid aux yeux en reprenant le titre Wolves of the Sea, présenté par la Lettonie à l’Eurovision 2008 et qui ne semblait pas forcément coller à leur répertoire. Le tout s’écoute dans le deuxième album, Black Sails at Midnight, sorti cette année chez Napalm Records. Et en fin de compte, en augmentant le facteur tagada et en remplaçant le pont par un solo de clavier, elle a de la gueule, cette chanson.
_ (écoutez ça sur leur Myspace)

High and Mighty Color, ce sympathique et péchu groupe de rock japonais, compte désormais quatre albums dans sa discographie, mais en 2008, la chanteuse Maki a annoncé son mariage avec le chanteur Masato Nakamura, et comme le veut la tradition au Japon, elle a quitté le groupe dans la foulée. Un casting a permis de lui trouver une remplaçante, une dénommée Halca, au début de l’année.
_ Le cinquième album du groupe, le premier avec la nouvelle voix, doit sortir à la rentrée. Il s’intitulera Swamp man.

Týr, comme chacun sait, a perdu une partie de la coloration folk de ses débuts. On reconnaît toujours le son caractéristique du groupe et ça reste un bonheur à écouter, surtout quand Heri chante en féringien avec polyphonie bourrine derrière [Sans plaisanter, je trouve cette langue d’une grande beauté, bien que je n’arrive pas du tout à la prononcer.]]. Néanmoins, le groupe s’en tient à sa ligne de conduite : ne pas se cantonner à une chapelle, fût-elle aussi sympathique que le folk metal. Bref, si on veut retrouver cette impression d’être sur un drakkar (ou le soir à la taverne après le pillage) qui ressortait des deux premiers albums, mieux vaut écouter les Finlandais de [Turisas.
_ Dernier album en date pour Týr : By the Light of the Northern Star.
_ Leur Myspace, c’est par là.

Les craignos monsters germano-franco-roumains de Powerwolf vont un cran plus loin dans la lycanthropie en mousse et le détournement de codes liturgiques avec Bible of the Beast (2009). C’est lourd en orgue véritable enregistré à Thionville, plein de thèmes qui restent dans la tête et d’interludes en latin de cuisine, et on atteint le sommet de la poilade avec le très subversif ou ridicule [[Voire les deux à la fois…]] Resurrection by Erection.
_ Plus j’y pense et plus je me dis qu’il faut organiser une rencontre entre Attila Dorn et DrBis.

Nightscape a disparu de la circulation, mais le site annonce « comeback in progress ». On verra bien.

Après un long passage à vide, les progueux niçois de Lord of Mushrooms annoncent pour bientôt un troisième album et une série de concerts. Je m’inquiète un peu malgré tout, puisque la fiche de présentation de William, le nouveau chanteur [Que j’attendais au tournant parce que la performance vocale de Julien Vallespi m’avait vraiment scotchée.]], a disparu du [Myspace du groupe. Est-il parti en claquant la porte ?
_ Si le très gentil et disponible Julien Negro, bassiste du groupe, passe dans les parages, je veux bien des nouvelles.

Au rayon des nouvelles de l’année, n’oublions pas non plus l’album de Qantice unanimement salué par la critique, le concert Naheulbeuk, Belyscendre, Trio LAm et Bloody Shamrock le 19 septembre à l’Élysée-Montmartre… et accessoirement, mon nom à moi cité pour la première fois sur le livret d’un album, pour trois « lalala » à peine audibles chez Mondegreen.

Et plein d’autres trucs que j’oublie. Mais oublier, c’est une de mes spécialités.

Oph