Ecrire le thriller de l’été

Avec l’été fleurissent les conseils pour maigrir et les livres de l’été. Aujourd’hui, ZoC Radio vous propose de les écrire.


Un bon livre de l’été doit répondre à quelques critères simples: il doit pouvoir être lu par tranches de 30 minutes (soit le délai réglementaire pour se retartiner de crème solaire), doit avoir une intrigue simple mais accrocheuse et doit in fine faire croire au lecteur qu’il est supérieur au héros tout en ayant l’impression d’apprendre des choses. La solution la plus courante est d’écrire des chapitres de 6 pages (format poche) avec des mots simples et des gros caractères, et d’utiliser des cordes à la place de ficelles scénaristiques.

Le rayon de la bluette plus ou moins moderne étant écrasé par la masse des éditions Harlequin et les mille et un clones de Sex And The Shopping, nous allons aujourd’hui nous rabattre sur le thriller de l’été, qui est au vrai thriller ce qu’Indiana Jones est à Vendredi 13.

Un bon thriller de l’été, c’est un pitch, un héros, un secret, des lieux mythiques et un méchant. Et surtout: un titre.

Le pitch

Alors là, c’est facile: Un secret caché dans un lieu mythique est sur le point d’être révélé. Le héros va tout faire pour contrer le méchant qui veut s’en emparer pour dominer le monde (ou le détruire). Si l’on veut combiner ça avec le terroir, on peut restreindre le monde au Perche ou au marais poitevin. Mais ça fait tout de suite plus cheap…

Version alternative: le héros découvre un secret qui compromet les méchants. Ceux-ci vont tout faire pour qu’il reste caché et vont donc poursuivre le héros à travers tout un tas de lieux mythiques. Le héros leur échappera-t-il? (réponse: Oui)

Le héros

Pour faire bien, le héros doit être américain. Parce que c’est le seul endroit où un professeur d’histoire en université peut crédiblement être un ancien des Forces Spéciales. Pour le nom, qui doit être retenu aisément, prendre quelque chose simple, genre Jack Malone. Eviter John Smith, cependant, qui est le Jules Dupont d’outre-atlantique. Pour faire dans l’original, on pourra prendre un anglais ou un irlandais. Voire un français.

Un liste de métiers autorisés pour le héros sera: professeur d’université, officier des Marines (ou des SAS ou de la Légion selon le pays) à la retraite, antiquaire, libraire spécialisé en livres anciens, directeur de musée, ancien flic, archéologue, journaliste.

A éviter: éboueur, boulanger, clochard (sauf si ledit clochard est un ancien des Forces Spéciales brisé par la mort d’un de ses hommes)

Le secret

Il y a deux types de secrets: les objets mythiques et les révélations fracassantes.

Parmi les objets mythiques classiques, il y a le graal 1, le Chandelier à 7 branches du Temple de Jérusalem, l’Atlantide, la Comédie d’Aristote, le corps de Lénine ou la pierre philosophale

Dans les révélations fracassantes, on peut choisir par exemple: « Kennedy a été assassiné par la CIA », « Hitler était juif », « le Tamiflu cause le cancer » ou « Nicolas Sarkozy est impuissant »

Le méchant

Dans le cas où le secret est une révélation fracassante, le méchant est tout trouvé. Pour chacun des exemples précédents, ce sera donc respectivement la CIA, un groupuscule néo-nazi (que l’on nommera opportunément Légion 88), un grand groupe pharmaceutique et François Fillon.

Dans le cas où le secret est un objet mythique, un méchant plus générique fera l’affaire. Il faudra juste qu’il soit très riche et très influent pour émailler le roman de rebondissements. En vrac, le président d’une république d’Asie centrale, un baron de la drogue, la mafia russe, le président d’un groupe multinational (qu’on évitera d’appeler le Groupe W pour ne pas se prendre de procès) ou un multimillionnaire cynique et misanthrope.

Les lieux mythiques

Angkor, la Tour Eiffel, Tower Bridge, le Grand Canyon, Petra, la Fosse des Mariannes, Macchu Picchu… La seule limite, c’est la cohérence avec le récit, tout du moins si vous tentez de maintenir une cohérence dans le récit.

Le titre

Maintenant, il suffit de combiner l’un des termes significatifs de votre roman avec un mot ronflant et sentant bon l’inconnu, tel que mystère, conspiration, secret ou révélation.

La couverture sera à l’avenant, entre symboles cabalistiques, images floues et personnages à capuche (particulièrement si vous intégrez dans votre intrigue une secte ou des franc-maçons)…

Et comme sur ZoC, on n’est pas avares, voici

quelques exemples de thrillers

Le Mystère Lénine (titre anglais: The Lenin Mystery): Jack Malone, professeur d’histoire et ancien marine, découvre que le corps de Lénine exposé dans le Mausolée n’est pas le vrai corps de Lénine. Poursuivi par le FSB, arrivera-t-il à faire triompher la vérité? du Kremlin à Vladivostock, en passant par les steppes sibérienne, suivez une aventure haletante…

La révélation Nicolas: Jean Santerre, reporter de guerre pour Libération, reçoit un coup de fil anonyme lui disant que Nicolas Sarkozy est impuissant. Bien décidé à faire toute la lumière sur cette affaire, il sera opposé au Colonel Sombrefaux, le redoutable commandant du Deuxième Bureau, qui le pousuivra de Paris au Cap Nègre, en passant par la Roche de Solutré…

La conspiration maya: Jack Malone, archéologue, découvre dans la bibliothèque du Congrès un document indiquant que l’apocalypse Maya est pour la semaine prochaine, mais qu’elle peut être contrée par un puissant artefact 2. Bien décidé à arrêter ce cataclysme, il sera poursuivi du Macchu Picchu aux hauts-plateaux de l’Himalaya par la secte des Ayakus, poursuivant l’accomplissement de la prophétie, et le professeur Sanateau, machiavléique PDG du groupe Forsanat, qui désire l’artefact pour lui-même…

Et un exemple à éviter:
La trahison poitevine: Jules Petitbidon, boulanger à Souvigny-sur-Bresbe, découvre que le bureau de poste-tabac du village sert de couverture à un trafic d’eau de vie frelatée. Réussira-t-il à éviter les embûches de Raoul Bordunez, le tenancier, et à faire exploser la vérité dans les colonnes de l’Echo du Perche?

Notes:

  1. qui est, comme chacun sait, un bocal à anchois
  2. choisissez vous-même. Je ne vais pas non plus vous mâcher tout le travail…