Agricola

XVII° siècle, Europe centrale. Le continent se remet à peine de la Grande Peste qui l’a durement frappé plusieurs siècles auparavant. Vous incarnez une famille de paysans pauvres qui doit se débrouiller à partir de rien. Saurez-vous faire fructifier vos terres pour que votre famille prospère ?


Ce jeu de société, édité par Ystari Games, se joue de 1 à 5 joueurs. La boîte du jeu précise qu’il faut compter, pour une partie, 30 minutes par joueur. En réalité ça dépend de votre degré de connaissance du jeu et du mode de jeu que vous choisissez : un mode familial vous est proposé pour débuter, car il est largement expurgé et permet de saisir plus vite les principes du jeu. Un mode complet vous permettra d’explorer plus avant les possibilités du jeu.

Ce dont vous avez besoin pour jouer à ce jeu :
– vous-même, et éventuellement quelques amis (ou parfaits inconnus qui ont envie de jouer)
– la boîte de jeu
– une grande table
– quelqu’un qui se dévoue pour lire la règle pendant la première partie

Un peu difficile à prendre en main[[ no comment]] lors de la première partie, ce jeu n’est pas très compliqué, mais nécessite d’intégrer une série de mécanismes de base. Une fois qu’on a pris le pli, le réel intérêt du jeu commence.

Le plateau de jeu en début de partie

plateaudebut2.jpg

Il s’agit d’un jeu de gestion de ressources et de construction : vous devez nourrir chacun des membres de votre famille à l’aide de points de nourriture à intervalles réguliers, et pour cela vous allez devoir utiliser les cases libres de votre terrain pour labourer des champs ou aménager des pâturages. Mais attention à garder de la place pour construire d’autres pièces à votre maison si jamais la famille s’agrandit ! Car, par tour, vous pouvez agir autant de fois que vous avez de personnes dans votre famille. Etant donné que de plus en plus d’actions se débloquent au fil des tours, c’est intéressant. Mais attention : il vous faudra nourrir chaque nouveau membre de votre famille, sous peine d’hériter de « cartes de mendicité » qui font perdre beaucoup de points dans le décompte final. Car ce jeu fonctionne par points de victoire, qui sont calculés à la fin, en prenant en compte de nombreux paramètres : le nombre de vos champs, celui de vos pâturages, celui de vos moutons, sangliers ou bœufs, le nombre de pièces dans votre maison, le matériau dans lequel elles sont bâties, etc…
Pour vous aider dans votre lutte pour la survie (voire la prospérité, si vous vous débrouillez bien), des aménagements mineurs et majeurs ainsi que des savoir-faire sont à votre disposition. Ils constituent des bonus ou améliorations qui vont vous permettre par exemple de faire cuire de la viande et du pain, de gagner des matériaux de construction, ou tout simplement de gagner des points de victoire à la fin.

Félicitations, vous voilà avec un élevage de bœufs

boeufs.jpg

Il s’agit donc d’un jeu où toutes les ressources (matériaux de construction, animaux, céréales, légumes) vont vous servir. Seulement vous n’avez qu’un nombre d’actions limité par tour, et vous devrez choisir ce que vous allez privilégier à chaque fois. Attention à bien équilibrer vos actions sous peine d’être très vite limité.

C’est un jeu de société très intéressant pour ceux qui aiment optimiser, élaborer des stratégies, et partir de rien pour tenter de bâtir quelque chose. Certaines cartes « savoir-faire » permettent d’embêter ses petits camarades, mais globalement, chacun bâtit sa ferme dans son coin. La seule chose qui est en commun, ce sont les actions : une fois que quelqu’un a « utilisé » une action, plus personne ne peut faire la même pendant le tour. A vous de vous battre pour être le premier joueur servi !

Matériellement, ce jeu est de très bonne qualité, avec de (très) nombreuses cartes plastifiées qui vous permettront de faire des parties variées, plusieurs plateaux en carton dur (les plateaux individuels avec vos fermes, les 3 plateaux d’action, et le plateau des aménagements majeurs), des ressources représentées par des jetons en bois sculpté très jolis, et des « points de nourriture » en carton. Pour éviter de manquer de pions, il existe des « multiplicateurs » qui permettent de symboliser plusieurs ressources à la fois.
L’inconvénient majeur, outre le fait qu’il faut remettre toutes les petites pièces dans leur sachet respectif à la fin, est que ce jeu nécessite énormément de place pour être joué dans de bonnes conditions. Vous aurez chacun devant vous un plateau, sans compter vos ressources, vos cartes, vos clôtures et vos étables de réserve. Au milieu de la table, il y aura les 3 plateaux d’action, et le plateau des aménagements majeurs. Ajoutez à cela la réserve de pions en tous genres, et vous serez vite débordés, surtout à 5 joueurs, à moins d’avoir un grand espace de jeu.

Que de ressources ! Oui, mais lesquelles choisir ?

ressources.jpg

Ce jeu très intéressant et dont le dénouement n’apparaît qu’à la toute fin est à déconseiller aux joueurs trop jeunes, car il nécessite de la concentration et du temps. N’hésitez pas à relever le défi !

Plus d’informations techniques sur trictrac.net.