Building the Survivaure

Puisqu’un fan répondant au pseudo de Pégase avait offert de superbes figurines du Survivaure à Knarf[[pour ceux qui ignorent qui est Knarf, il est l’auteur de la saga mp3 « les aventuriers du Survivaure », joyeusement déjantée, et aussi le scénariste de la BD eponyme, déssinée par Marion Ponsot]] et que je cherchais un cadeau d’anniversaire original à lui offrir, je me suis dit « un diorama survivaure, c’est le bon plan »… Il ne me restait donc qu’à construire le Survivaure…


Construire le Survivaure… Bin voyons…

Première chose : on construit quoi ?

Ca n’a l’air de rien, mais il faut planifier ce genre de chose. La première phase est toujours une phase de dessin, pour tous les dioramas. Sans aller jusqu’à faire un plan coté d’architecte sur une planche à dessins, il faut toujours essayer de représenter ce qu’on va construire, sous deux ou trois angles (de coté, de face, du dessus). Ca permet au cerveau de conceptualiser la forme, de s’en imprégner, et d’éliminer les « mauvaises surprises » de la conception.

Ici, le cahier des charges est le suivant : mettre les figurines en valeur par un décor détaillé, mais pas oppressant.

Construire le Survivaure c’est :

– un vaisseau spatial
– un truc rouillé, graisseux et pourri
– un environnement futuriste et obsolète à la fois…

Ensuite, « quelle partie du vaisseau » ? La passerelle est l’endroit « phare » dans la science fiction. C’est là que les grandes décisions se prennent. C’est là qu’on voit le Cosmos, c’est là qu’on s’active sur des machines compliquées, des consoles rouillées et des écrans plus ou moins tactiles et tactiques, où de gros blips rouges convergent vers le vaisseau… Bon : une passerelle.

Il y a aussi les couloirs. Autre lieu important de la SF. Le couloir, et la porte étanche automatique. Grilles rouillées, alignements interminables de tuyaux, etc… Fort de mon expérience dans la Marine Nationale, je connais aussi les intérieurs des vrais navires de guerre. Cela m’a servi d’inspiration, même si c’est bien plus propre et plus moderne.

Je me décidais donc à faire deux dioramas… Une passerelle et un couloir, vus en éclatés sur le coté.

Notez bien que la phase de dessin doit se faire en pensant à vos matériels et à votre savoir-faire. L’idée est de faire coïncider les deux, pas de dessiner un truc irréalisable. Par exemple, je sais que les formes trop « courbes » sont difficiles à réaliser, et en plus j’étais pressé par le temps.

Défi supplémentaire, le changement d’échelle : j’ai l’habitude des dioramas pour des figurines de 35mm, là, on passe à des figurines de 150mm… J’ai pris soin d’obtenir des photos des figurines, afin d’avoir un référentiel correct.

Dernière contrainte: que tout ça rentre dans l’étagère IKEA qu’on offrait à Knarf pour l’occasion…

Etape suivante : récupération du matériel. Là, j’ai puisé dans ma boite à rabiots informatiques, dans mes rabiots de figurines, j’ai vidé mes tiroirs et j’ai fait un tour au grand magasin de bricolage situé à Nation, et où ya « tout ce qu’il faut »… Principaux achats : baguettes et moulures en plastiques (rayon électricité), tuyaux PVC, moustiquaire grise pour simuler les grillages, etc etc…

Ce qu’il y a de terrible avec les dioramas, c’est qu’on n’utilise pas tout. J’ai par exemple passé deux heures à découper un couvercle de crème Nivétruc pour l’associer à un bouchon de PVC de gros diamètre, dans l’idée d’en faire une table pour le comité tactique. Problème : une fois l’élément achevé, il prenait trop de place. So long… Il resservira pour un autre diorama.

Je parlerai du matériel et des matériaux utilisés au fur et à mesure, il y en a trop…

Passons à la réalisation proprement dite…!

IMG_1631-2.jpg

Commençons par le couloir, et en l’occurrence par la porte. Une fois arrêté le choix de la porte, après moult recherches sur le net (vive google images), je dessine les gabarits. La porte sera formée par un « encadrement » en goulotte PVC, coupée au couteau. Attention: généralement, quand on coupe un matériau, on perd une épaisseur représentée par la lame. J’ai choisi de ne pas trop insister sur la précision. C’est le Survivaure… Je préfère rattraper en simulant des soudures mal faites…

IMG_1633.jpg

Un couloir, ce sont aussi des tuyaux. En l’occurrence, des tuyaux de PVC de divers diamètres. Ils seront tous poncés au papier de verre, pour leur donner une texture plus proche du métal brossé. Il faut en outre enlever au cutter les traces de moulage et autres symboles en chiffres et lettres. Ici une vue « avant après ».

IMG_1637.jpg

Le couloir est construit par un assemblage de plaques de polystyrène extrudé. La porte est découpée au cutter. On note l’encadrement, collé avec un pistolet à colle.

IMG_1638.jpg

On rajoute des tuyaux, et un vieux modem 56ko (mon premier modem) est sacrifié pour la cause : il s’adapte merveilleusement au coude de PVC…

IMG_1639.jpg

Un niveau ça sert, pour coller les choses d’aplomb. A noter aussi un morceau de métal : l’arrière d’un PC.

IMG_1640.jpg

Je commence le détail du sol. Les dalles sont découpées dans du carton (pochette à élastiques). Il est moins coûteux que le styrène en plaques, et comme j’en aurai besoin de beaucoup… La bouteille de parfum est là comme « gabarit ». Elle est de la taille d’une figurine.

IMG_1645.jpg

IMG_1650.jpg

Vue de détail sur une trappe : un couvercle de boite de ciboulette surgelée, avec quelques rajouts en green stuff (résine bi-composants pour figurines). Notez aussi les « rivets » en carton, réalisés grâce à une pince à perforer le cuir dotée d’emporte-pièces de plusieurs diamètres.

IMG_1652.jpg

Aménagement du couloir. Carte plastique, porte-clef, fil électrique pour simuler… Du fil électrique…

IMG_1660.jpg

Détail sur le raccordement d’un tuyau au « modem ». Rivets en plastique, rondelle de caoutchouc, goulotte pour tirer du fil électrique dans les caves…

IMG_1663.jpg

Ouf: une vue globale du couloir du Survivaure, avant peinture.

IMG_1672.jpg

Maintenant, la passerelle.

IMG_1673.jpg

Les dalles sont toujours en carton. Les bouts de plastique jaune sont des cales à parquet. Sur les ouvertures, des plaques de métal destinées à l’installation de prises électriques. On en trouve pour pas cher au rayon « électricité ».

IMG_1677.jpg

Vue sur l’autre mur. A la différence du couloir, j’ai un mur à chaque extrémité. J’en ai besoin pour installer des équipements « High Tech »…

IMG_1681.jpg

Porte, dalles, console, fenêtres… Ca avance bien.

IMG_1682.jpg

Vue sur la console et l’écran mural situé au dessus. Des hauts parleurs sont réalisés en formant un capuchon de green stuff sur les vis qui tiennent l’écran dans le mur. L’écran lui-même n’est qu’une plaque pour prise électrique, et des morceaux de carton.

IMG_1684.jpg

La passerelle, prête à peindre…

IMG_1701.jpg

Après une copieuse sous-couche noire passée au pinceau (les peintures en bombe font fondre le polystyrène), je commence la peinture proprement dire. Attention, quand je dis « copieuse », je ne veux pas dire « épaisse ». Mieux vaut une sous-couche en trois couches assez diluées. Mais pas trop à la fois, sinon le carton ondule. Là, j’ai réussi à peindre le carton sans le faire onduler, je suis plutôt content :).

IMG_1702.jpg

La sous-couche reçoit un brossage en « tin biz » (plutôt couleur bronze) puis en « mithril silver ». (ceux qui connaissent les peintures « Citadel » comprendront).

IMG_1704.jpg

La peinture de l’ensemble repose sur des brossages succéssifs.

IMG_1709.jpg

Diverses vues

IMG_1712.jpg

Attention de ne pas déborder

IMG_1714.jpg

J’ai choisi de peintre la passerelle en bleu et le couloir en gris…

IMG_1716.jpg

Après-coup, je me dis que tout en gris, c’était bien aussi…

IMG_1718.jpg

Pour la rouille, il y a différentes méthodes. En ce qui me concerne, je commence par un brossage en brun, que j’éclairci de quelques passages de brun / rouge. Puis je brosse en rajoutant à chaque passage un peu d’orange vif. Attention : il faut faire de nombreux brossages légers, pour construire lentement le dégradé.
Ensuite, un lavis à l’encre brune, et hop…

IMG_1721.jpg

Le truc, c’est que c’est looooong à peindre…

IMG_1726.jpg

Et que j’étais pressé par le temps…

IMG_1727.jpg

D’ou une peinture « à la Rache »…

IMG_1728.jpg

Mais bon je suis content du résultat final…

IMG_1729.jpg

Ne pas oublier les bandes jaunes et noires, c’est in-dis-pen-sable !

IMG_1730.jpg

Et voila…

Il n’y a plus qu’à offrir le cadeau… Et mettre les figurines dedans…

Juste avant, j’ai rajouté des affiches débiles, et des écrans sur les machines, sous la forme d’impréssions laser couleur découpées…

Quelques « coulures » sont rajoutées avec de l’encre noire diluée… Après tout, le « Survivaure » est un vaisseau-poubelle, à tous les sens du terme!

IMG_8425.jpg

Hans, luttant contre les limacus petroleum gargantis

IMG_8426.jpg

Le Comité Tactique en séssion Extraordinnaire…

Et voila.

Prochain diorama Survivaure: le repaire des Krygonites… J’ai plein d’idées.

Un dernier mot: si vous vous essayez à des dioramas « spatiaux » suite à mes articles, envoyez-moi des photos sur welf@zocradio.info… !