L’appel du 18 mai

ZoC Radio nourrit certaines préoccupations quant à la tendance des gouvernements actuels à pondre des lois et des décrets liberticides pour Internet.


Il y a un vrai mouvement de limitation des libertés sur le Net, partout dans le monde. Entre l’accaparement par le commerce, les affaires de pédophiles qu’on agite en criant « haro sur internet c’est dangereux » et la volonté clairement affichée de certains politiques de faire taire les sites qui dénoncent leurs actions, ce ne sont pas les menaces qui manquent. Du coup, ZoC Radio, fait des trucs débiles pour résister…

Non, nous ne sommes pas si paranos que ça… Oui, il y a des menaces sur les Libertés Publiques en France. Et en particulier sur Internet. Sous couvert de pondre des lois et des décrets censées augmenter la « confiance » dans l’économie numérique, ou rendre une part soi-disant « légitime » de leurs droits à des exploiteurs sans scrupules du milieu artistique [[encore une fois, pourquoi « industrie du disque » et pas « industrie de la chanson » ? Parce que le support et ses distributeurs compte d’avantage que l’oeuvre et l’artiste dans l’économie moderne ]], on traite de « pirates » des millions de Français, et on les plonge dans l’insécurité juridique.

Encore une fois, cette palanquée de lois et de décrets ne vas pas tous vous conduire en prison du jour au lendemain. Non bien sur. Mais d’une part en fermant certains canaux sur Internet, on limite la liberté d’expression, et on accentue le moule de la pensée unique consumériste lobotomisante. D’autre part, avec tous ces textes que vous violez en permanence, au moindre problème avec le gouvernement, au plus petit mot de travers, au plus petit contrôle d’identité, à la plus petite contestation des politiques publiques, on peut jeter n’importe qui en prison pour 3 ans.

Le vrai totalitarisme c’est ça : quand on commence à qualifier les opposants politiques de délinquants. On ne reconnaît plus d’opposants au régime, seulement des criminels. Tout va bien, donc, puisque tout le monde est content, à part de sales voleurs et des violeurs d’enfants.

18 millions de Français qui « piratent » de la musique sur le net sont donc des criminels, et comme le mot « sexe » est toujours un des plus tapés sur les moteurs de recherche, nous sommes tous des violeurs de gosse en perspective. D’ailleurs, il parrait que c’est génétique. Heureusement, quand on sera tous sous psychotropes (grâce au lobbying de l’industrie pharmaceutique), ça ira mieux.

Du coup, ZoC Radio résiste. Quite à se faire traiter de gauchiste (d’ailleurs sur la vidéo qui suit, j’ai un TShirt rouge qui dissimule à merveille mon Plan d’Epargne en Actions). En même temps, on trouvera bien des sujets pour se faire traiter de vils réacs’ à la première occasion : on est comme ça sur ZoC…

Cela dit, un gouvernement en exil, un mouvement de résistance, un groupuscule revendicatif, à Londres, c’est bien. En Guadeloupe, c’est mieux. Et puis se prendre au sérieux n’est jamais possible très longtemps sur ZoC.

Profitant de mes vacances avec Lili dans un petit coin de France sous les cocotiers, j’ai renregistré ce vibrant appel à la résistance dans la bonne humeur et la débilité décalée. Pour ne pas oublier que la vigilance est le prix de la Liberté [[Thomas Jefferson]], et qu’on peut parfaitement revendiquer en criant « Chaussette » avec un nez de clown…