Daïna

Qu’est-ce que la Daïna ? Quid des lapins dans sa vie ? Qu’est-ce que l’univers ? Pourquoi « bleu » ? La réponse à toutes ces questions ou presque dans un article « 3615 je raconte ma vie mais non en fait ». Ou pas.


Hum hum… un article pour me présenter… ça ne va pas être facile.
Moi c’est Daïna, je suis née le 30 mars 1986 sous la neige après une série de catastrophes qui font que, comme j’ai tout subi ce jour-là, depuis, pour rattraper, j’ai plutôt de la chance. Je suis tout de même née avec des genoux à moitié hors service et quelques autres bricoles pas toujours agréables, mais rien de réellement handicapant, donc je vis avec, et je vis bien.

Daïna, c’est un pseudo, qui est né vers 2003, quand je me suis prise à rêver à une grande aventure en cours de philo (oui, les cours de philo, ça fait rêver, je trouve…) et que j’ai commencé à écrire un roman, que je n’ai d’ailleurs jamais fini. Daïna est un des personnages de ce roman, une magicienne humaine qui tire à l’arc et se bat à l’épée.

Bref, je suis une jeune femme qui a une tendance naturelle à la bonne humeur et à l’émerveillement, le sourire facile et le rire fréquent. De mes parents j’ai hérité un sens de l’humour un peu particulier que je partage avec ma sœur aînée.
Je suis également une latiniste passionnée, et très intéressée par l’histoire tant qu’elle se déroule avant 1800. Plus l’histoire est ancienne, plus elle me fascine. Et j’ai également une certaine facilité pour apprendre des langues vivantes ou anciennes en tous genres, y compris des langues qui n’existent pas…
Mes autres passions sont l’informatique, les nanars horrifiques, mes collections compulsives (je suis par exemple ekraventuphile… aha), les chats, et le soleil. Je suis un tournesol, un rayon de soleil me redonne le sourire, j’adore faire le lézard aux heures chaudes… donc n’essayez pas de me trouver sur Internet un beau jour de printemps à l’heure de la sieste.
Bien sûr j’aime aussi les lapins, c’est mignon, c’est fascinant, ça aime autant les carottes que moi et ça a des petites dents tranchantes qui décapitent les chevaliers, mais ça ne m’obsède pas autant qu’on pourrait le croire quand on fréquente les forums de PoC et ZoC…

Et enfin, je suis aussi passionnée par la bande dessinée, je suis tombée dedans quand j’étais petite ayant hérité de la collection de ma sœur à son départ de la maison, et je me bagarre pour forcer les gens autour de moi à cesser de considérer cet art comme de la « lecture pour ceux qui n’aiment pas lire ». Je suis abonnée au journal de Spirou depuis plus de 10 ans et je continue de renouveler mon abonnement à chaque fois sans l’ombre d’une hésitation.
J’ai une collection de BDs assez importante, puisqu’elle est en deux parties, l’une chez mon meilleur ami qui partage ma passion, l’autre chez moi (nous n’avons presque pas de BDs en double, et nous avons tous deux lu et relu toute la bédéthèque de l’autre). Au total ça doit se monter à un millier de BDs, environ, puisque pour ma part j’en ai 554 en ce mois d’avril 2007.
La BD, art du mélange entre le graphique et la lecture, presque plus proche du cinéma que du livre, art tellement hétéroclite qu’il est difficile de le considérer dans son ensemble, tant il y en a pour tous les goûts… vous aurez compris que j’aime ça. Et je compte bien vous en faire profiter. Aha.

Voilà… le reste vous n’avez pas besoin de le savoir, ou alors vous devrez le découvrir vous-mêmes, bande de moules… Veni, vidi, scripsi !