Ormuz

Forcement, quand on a un nom de groupe comme ça, on peut s’attendre à ce que l’article qui va en parler attire, par Google interposé, tous les curieux en manque d’informations sur l’Iran, le nucléaire, les GI’s, George Bush, le général Petraeus, le dernier modèle de missile Tomhawk ou la meilleure façon de construire une IED pour la poser sur une route de Nadjaf[[bon là je pense que, avec tous ces mots clef, on devrait booster l’audience à mort :D]]…


Ormuz, ce n’est rien de tout ça. Foin de détroit, fi de pétrole, loin de nous les tankers, laissez les gondoles à Venise et le sable chez les Emirs. Ormuz c’est du folk Breton!

Ce groupe tient une place à part dans mon cœur, et son CD est probablement un de ceux qui a le plus tourné à la maison depuis un an. Alors là, bien sur, j’attends l’angoissante question « pourquoi tu ne nous en a pas parlé avant ». Bonne question, dont la réponse est sans doute à chercher du coté de la flemme, du manque de priorités, de l’irrésolution ou d’une influence insoupçonnée du corps astral Pluton sur mon cerveau déjanté [[d’abord Pluton c’est une planète pour moi, et puis zut]].

Ormuz, nous avons découvert avec Lili, le soir de la braderie de Lillle. Après une journée passée à dévorer des moules et frites avec avidité et bière, nous apprîmes qu’un fest-noz avait lieu quelque part dans un endroit dont j’ai oublié le nom, mais cela n’a aucun rapport, et puis d’abord qui s’en soucie ?

L’essentiel est que nous avons passé un excellent moment avec ces musiciens de l’association des Bretons de Lille. Des Bretons dans le Ch’nord, voila un concept original. Leur musique l’est tout autant. Scottish, branle, reprises de chansons trad’ avec bricolage de paroles (la version des trois canards blancs est vraiment excellente)… Nous fûmes conquis.

Oh, joie, ils avaient même un CD à vendre, un album qui nous allait comme un (Duc de) Gand [[pardon aux familles pour cette blague pas drôle qui, à l’évidence, ne rehausse pas le niveau de ZoC]]. En plus ils connaissaient Naheulbeuk (chaussette tout ça), et on a passé un petit moment à papoter avec eux. Ils sont super sympas, et ont probablement oublié que je leur avait promis un article ASAP (mais maintenant ils peuvent venir se venger sur le forum de ZoC).

Ormuz, c’est un mélange subtil d’instruments variés (cornemuse, bombarde, darbouka, guitare) au service d’une musique festive, rigolote, avec des paroles dont les compos cachent de vrais morceaux de message dedans. Bon bien sûr, ça peut sembler parfois un poil naïf et gentil (genre « les OGMs c’est mal » ou « les marées noires ça pue »). Mais il n’y a que les cyniques désabusés et néanmoins chaotiques pour trouver que c’est de l’enfonçage de portes ouvertes. Pour l’immense majorité, ça fait pas de mal d’en mettre une couche, et ça change des chansons « love love et on est gentils et on fait des bisous love love » qu’on voit à la télé [[toute ressemblance avec la guimauve débordante de miel sucré du soldat rose hein bon ]]…

Bref : jetez-vous sur le CD. J’avoue une affection particulière pour « La Blanche Biche » (chanson à se pendre s’il en est), « derrière chez mon père », et le « laridé de la dernière heure ».

Le Duc de Gand

A défaut de trouver le CD (ce qui peut relever de l’exploit vu qu’il ne doit pas être beaucoup distribué en dehors de leurs concerts), je vous conseille de télécharger la démo, « Récidive », c’est déjà bien.

Si cela vous motive et que vous vivez dans le Nord, voici leurs prochaines dates, tirées de leur site web.

– Samedi 14 avril 2007 salle des fêtes de Bailleul (en compagnie de Mascaret)

– Samedi 12 mai 2007 bal d’Yser Houck (précisions à venir)

– Samedi 2 juin 2007 salle St Jean Baptiste à Dunkerque.

– Dimanche 17 juin fêtes des fraises, Verlinghem (en compagnie de nombreux groupe du monde, entrée gratuite)

– Samedi 23 juin 2007 grand’ place d’Hazebrouck (en compagnie de Smitlap)

– Dimanche 20 juillet 2007 au festival HET LINDEBOOM (précisions à venir)

– Samedi 29 septembre 2007 salle des fêtes de Deulemont

Et voila. C’est super, sympa, entraînant, du bon folk comme on l’aime, à ranger sur votre étagère aux cotés de Maigh Tuireadh, Belyscendre, Brobdinagian bards et autres folkeries de ZoC.

Welf, en pleine période d’articles musicaux.