Le Mont St-Michel

A moins de quatre heures de transports en commun de Paris (deux grosses heures de TGV et une heure et demi de car), le Mont Saint-Michel est une destination sympathique de petit week-end sympa à faire.
_ En plus, son statut de « merveille » vous permettra de briller en société internationale en vous gaussant de la marche numéro 176 qui est un peu cassée[[ce qui vous fera passer pour un parfait cuistre(tm)]]

Voici quelques trucs pour bien réussir votre week-end dans ce lieu plein d’Histoire et d’escaliers


(un article Hacké par Welf, qui y est allé aussi)…

Combien de temps?

Un week-end, je l’ai dit. On fait vraiment le tour du Mont à fond en une grosse journée (surtout si l’on est habitué aux pentes ou aux escaliers – auvergnats et habitants du 6° sans ascenseur, par exemple). Ensuite, il peut y avoir une balade dans la baie avec un guide, mais au delà, on s’ennuie un peu.

L’autre avantage de rester deux jours, c’est d’avoir une nuit sur place, et donc de profiter de l’éclairage nocturne, qui donne une ambiance quasi-magique au site…

Welf : ou alors il y a l’option « jour de l’an » ou « fête quelconque », histoire d’avoir un alibi pour y rester une journée de plus. Sinon en effet, à moins d’être aquarelliste ou photographe chevronné, pas besoin d’y rester 30 jours.

msmjouretnuit.jpg

Quoi voir?

D’abord, la Merveille[[c’est la dénomination officielle. Moi, je n’y suis pour rien]]. C’est pas dur, vous montez tout en haut, et encore un peu plus, et vous y êtes…

msmescaliers.jpg

Soyons francs, l’église en elle-même, au-delà de la prouesse technique[[profitez d’une visite guidée, ça ne coûte pas plus cher ;-)]], n’a rien d’exceptionnel. Ses 75 ans d’utilisation comme prison d’Etat y sont sûrement pour quelque chose…
_ L’intérêt majeur, ce sont toutes les autres salles, à commencer par le cloître, de toute beauté, et remarquablement bien conservé (comprendre: comme ce n’étaient que des motifs floraux, on n’y retrouve pas le coup de burin caractéristique de l’artiste révolutionnaire :D), et toutes les autres salles, auxquelles on accède par des dédales d’escaliers. Quand on garde en mémoire que les salles s’étagent les unes sur les autres, et qu’il y a encore une église par dessus, on ne peut que rester pantois.

Et puis la Merveille, comme l’ensemble du village, est bourrée de petits recoins, d’angles sympas, et de mini-points de vue (non pas sur l’extérieur, parce que la baie est quand même assez morne, mais sur la Merveille, le village, etc.). Entre le village et les remparts, c’est un pur moment de bonheur…
_ Si vous avez un appareil photo, pensez à prévoir jeux de piles et pellicules (ou cartes mémoire), il y a de quoi les remplir. Pour info, votre serviteur, qui n’est pas un grand photographe, a pris pas moins de 328 photos 😀

Welf – A voir aussi : le mont lui-même. Pour avoir passé le 31 décembre dans un hôtel en face du mont, l’ensemble en lui même vaut le point de vue, et c’est en s’en éloignant un peu qu’on en prend conscience. Un peu comme Paris, qui est mieux depuis la Tour Montparnasse que depuis la Tour Eiffel (car on ne voit pas la Tour Montparnasse) [[j’aime pas non plus la Tour Eiffel]].

Et la marée?

Pour la marée, il faut arriver à la bonne période. Le cheval au galop, en période de mortes-eaux, ce n’est pas vraiment ça. Et à cause de l’ensablement de la baie, ça vient à peine lécher par endroit les pieds des murailles.
_ Le jeu consiste aussi à repérer dans les cartes postales du Mont entouré par la mer. Celles qui sont de plus ou moins d’habiles photomontages (indice : regardez le ciel et la mer)…

Welf : Notons quand même qu’un minimum de prudence s’impose si vous allez trop loin: on s’enfonce par endroits, les bottes sont très utiles, surtout en hiver.

Quelles sont les arnaques à éviter?

Evidemment, le Mont Saint-Michel, de par sa réputation mondiale, draine des flots de touristes.
_ La première arnaque à éviter, donc, ce sont les touristes. Profitez de la fin de saison (genre fin septembre, en plus, ce sont les grandes marées d’équinoxe), au risque de vous retrouver entourés de japonais, qui n’ont décidément pas les mêmes vacances scolaires que tout le monde. Plus tôt, vous aurez tout le monde, et plus tard, les élèves de classe de mer.

Ensuite, les restaurants. Les prix sont alignés sur ceux de la capitale (et sont donc très dignes…). Pour info, la bière sera à 3 euros 50 dans le meilleur des cas et la crèpe ‘complète’ à 7…

Et last but not least, la Mère Poulard. C’est le seul produit qui soit moins cher partout ailleurs dans le monde[[faux Skro : la crème de marrons est plus chère en Ardèche qu’ailleurs (ndWelf) (sauf que là-bas, on a autre chose de de la Clément Faugier :D, ce qui change tout. Une galette de la Mère Poulard(tm) ça reste une galette de la Mère Poulard(tm) – réponse de Skro )]]. Pour info, on trouve des paquets de galettes de la Mère Poulard à moins de 2 euros dans le Franprix près de chez moi, quand la boite (en métal, certes) coûte entre 10 et 15 euros là-bas… Et elle n’est même pas dorée à la feuille…

En vrac

On ne le redira jamais assez, le Mont Saint-Michel, ça monte (beaucoup) et ça descend. Buvez donc beaucoup d’eau, pour éviter les crampes (ou alors faites un stage chez un ami qui habite au 6° sans ascenseur)

_ La vraie spécialité du coin, c’est le mouton. Le pré-salé, c’est du bonheur en viande…

Welf : les fruits de mer aussi, surtout l’hiver

_ Si vous voulez prendre une chambre d’hôtel, ne vous faites pas avoir : prenez une chambre dans le Mont, et pas au bout de la digue. Les 2 km aller se font à pied, sinon…

Welf : là encore, du pour et du contre : en face du Mont c’est BEAUCOUP moins cher. Et puis on a vue sur le Mont. Depuis le Mont, à moins de payer plein pot une chambre « vue sur la mer », on aura vue que sur une ruelle bruyante[[NdSkro: non, moi j’avais une chambre avec « vue sur les remparts » qui eux sont rapidement déserts – enfin le soir, quand on dort…]]…