Attibué à Michael Youn

Il y a quelques temps, Michael Youn a pondu sur son blog une lettre ouverte aux critiques, qu’il a retiré peu de temps après, oubliant que la websphère est férue de copier+coller et que, web ou pas web, scriptura manens toujours quelque part…

Bref, on peut trouver un peu partout sur le Net une « lettre ouverte de Michael Youn aux critiques de cinéma » à laquelle ZoC Radio va répondre, parce que ZoC Radio aussi, fait des chronique de cinéma[si si! voyez [ici ou si vous ne me croyez pas]]. Même si la lettre en question ne nous était pas destinée; depuis quand est-ce que nous ne parlons que de ce qui nous regarde?

Bon maintenant il faut noter que cette lettre n’est plus dispo sur son blog. Alors ? Peut-être n’a-t-elle jamais existé ? Tout ces sites l’ayant relayé sont peut-être vistimes d’hallucinations collectives… Est-ce une raison pour se priver du démontage en règle d’une diatribe intitulé « lettre ouverte » ?


Lettre ouverte à vous, les critiques cinéma…

Qumran: Bon ici à ZoC on est pas vraiment des critiques. Mais on est ouvert donc ça compense.

Pour vous dire la vérité, vous m’avez vraiment impressionné dans vos différents articles sur Incontrôlable… Vous m’avez impressionné par la pertinence de vos propos, par la justesse de vos remarques et surtout par l’originalité de vos positions.
Et oui, sur 15 critiques d’Incontrôlable, et donc sur 15 fois 5 étoiles possibles, Incontrôlable n’a récolté au total que…UNE étoile ! Une sur 75 ! Soit le plus mauvais film au monde depuis « Donjons et Dragons »… Au moins, nous avons fait l’unanimité !

Skro: Là, ils sont méchants. Donjons et Dragons, il est mauvais parce qu’il était attendu par des millions de fans rôlistes… Qui attendait Incontrôlable?

Oph: Ce type me fait penser à notre prof de résistance des matériaux, qui déplorait ouvertement que la demi-promo dont il assurait les cours était une bande de sombres bouses, tandis que l’autre demi-promo, qui avait un autre prof, s’en tirait nettement mieux. Et qui jamais ne s’est dit que c’était peut-être sa pédagogie qui était à revoir.
_ En d’autres termes: si quinze critiques d’horizons variés disent que le film est une merde innommable, c’est peut-être qu’il l’est vraiment. Ou alors…

« Toi aussi, t’es du complot ? »
_ « Quoi ? »
_ « Je disais : « Toi aussi, t’en es ? » »
_ « Oui, bien sûr ! Ca ne se voit pas ? »
_ « Ah ben non… »
[[Extrait de la vie de Brian, qui est par ailleurs un bon film.]]

Qumran: Battlefield Earth c’est quand même pire que Donjon & Dragon. Certes Travolta ne s’appelle pas Profion comme Jeremy Irons dans D&D…
Et puis, à part peut-être La Beuze qui avait l’effet de nouveauté avec lui, je ne vois pas vraiment de film de Youn ayant réuni de succès critique.
Qu’est ce qui a changé maintenant ? Le film n’aurait fait « que » 300 000 entrées en 1ere semaine et serait en quelque sorte un flop ? Michael Youn aurait-il peur ?

Mais une chose m’échappe. Puisque le scénario d’Incontrôlable est, selon vous, si nul à en chier par la bouche, puisque vous, vous écrivez si bien quand vous vous cachez derrière vos pseudos, et surtout puisque vous aimez autant le cinéma au point d’y consacrer toute votre vie… pourquoi est-ce que, tout simplement, vous n’écrivez pas de scénario ?

Skro:Je sais pas, mais moi, le pitch d’Incontrôlable, je ne l’avais pas trouvé si nul que ça… C’est le genre de truc qui a donné La Main Qui Tue…

Welf: Naturellement, l’inculture crasse de l’ex animateur du morning live oublie tous les critiques de cinoche qui ont fait du cinéma, eux. Sans parler des réalisateurs qui ont été critiques. Ou des vrais fantaisistes, comme Groucho Marx, qui n’ont pas hésité à faire du cinéma et à déscendre en flammes leurs propres films à la radio. Mais « le canard à l’orange » et « une nuit à l’opéra » c’est autre chose, et les Marx Brothers, eux, étaient de vrais comiques.

Qumran: Aaaah le bon argument totalement original ! Personellement j’ai pas besoin d’être menuisier pour dire qu’une armoire est pourrie. Si elle me tombe sur la gueule c’est qu’elle est bancale. Je n’ai pas besoin s’être coiffeur pour dire que tel coupe de cheveux ressemble à celle de Dave qui aurait pris des champignons hallucinogènes depuis l’âge de 10 ans.
Je juge quelque chose parce que d’autres ont fait mieux, et que le produit ne m’apporte rien ou ne ressemble à rien.

Comme ça on pourrait mettre tout votre savoir et toutes vos idées au service du 7ème Art ! Ah, à moins peut-être que vous n’en ayez pas le talent ou le courage plutôt.

Skro: Non, il me manque deux choses: le temps, et quinze pintes de Guinness pour la durée de l’écriture. Ah si, un producteur assez fou pour réunir le casting que j’avais prévu pour le Projet X-227[[ndlr: un début de truc que j’avais écrit, et qui a dû tomber sous les yeux d’à peu près dix personnes, dont ni Steven Spielberg, ni Peter Jackson…]]

Oph: J’ai (co-)écrit un scénario, déjà. Ça s’appelait Pan Fighters.

C’est vrai que c’est quand même beaucoup plus confortable, de se glisser dans un fauteuil pendant une projection presse, de se la raconter au milieu de ses autres camarades critiques, de sortir de la salle en disant « bof… », et ENFIN de vous asseoir devant votre ordinateur pour déverser votre flot d’aigreur et vous autorisez toutes ces petites vengeances nécessaires à votre vie si injustement misérable.

Qumran: Moi ce qui me rend aigri surtout c’est les films pourris qui me font perdre mon temps, et le fait que Monica Bellucci m’ait encore posé un lapin vendredi dernier.
Et puis sincérement je n’aime pas déverser de la bile sur des films nazes. A la rigueur les assassiner en quelques lignes oui. Si j’ai perdu mon temps 1h30, je n’ai pas spécialement envie de lui consacrer plus derrière mon ordi.

Skro: Là, je m’insurge. En temps que critique et spectateur lambda, je suis forcé de payer ma place (et plein pot, vu que je ne suis plus étudiant, et qu’aux séances du matin, je bosse); Donc le minimum que j’exige d’un film, c’est qu’il soit de qualité (surtout depuis que le prix poyen de la place est à 9€). Dans le cas contraire, j’estime qu’on m’a floué d’une dizaine d’euros et de deux heures de ma vie (hors temps de transport). DONC, je suis aigri, énervé, et je déverse ma bile sur le net.

Welf:
Curieux ce sentiment qu’ont certains « acteurs » (le terme est ici employé par paresse sémantique du dimanche soir) d’avoir « découvert » l’injustice de la critique cinématographique. Notons aussi l’attaque veule et lâche envers la vie privée des critiques en question, qui n’a aucun rapport avec le propos. Comme toujours, « c’est celui qui dit qu y est »

Oph: Ce qui est curieux, d’ailleurs, c’est que ce ramassis de frustrés pleins de bile parviennent à dire du bien de tout un tas de films… Pourquoi pas des siens? Encore un coup du Complot™?

Et oui, vous voyez, moi aussi je peux dire du mal, et vous savez pourquoi ? Parce qu’il n’y a rien de plus facile… alors qu’au contraire, il faut du talent pour en trouver aux autres !

Skro:Ca me rappelle mes années de scoutisme, tiens, cette belle morale. C’était quoi déjà? Ah oui: « Dans chaque personne, il y a au moins 5% de bon »[[d’à peu près Baden Powell]].
_ Tiens, prenons un exemple au hasard… Adolf H… ah non, lui, ça ferait un Point Godwin… heu, là j’ai pas d’idée… Quelqu’un?

Welf: S’il fallait du talent pour faire de la télé en direct le matin, ça se saurait. Et je ne vois pas en quoi rôter au téléphone avec un nez rouge ou crier « caca prout » avec de la mousse à raser sous les aiselles est la preuve d’un talent particullier.

Qumran: Pour trouver du talent à quelqu’un d’autre il suffit de se sentir profondemment touché par son travail. Et vu que bon, le travail de Michael Youn m’en touche une sans faire bouger l’autre… ben j’ai du mal à reconnaitre grand chose.
Pourtant j’aime l’irrévérence, et l’humour caca-prout. La mechanceté me fait même mourir de rire.
Mais bon… n’est pas Monty Python qui veut.

Et dire que vous vous permettez de me juger par rapport à « l’outrecuidance tentaculaire et omnipotente de l’argent que je gagne »…

Skro: C’est joli, ça, c’est de qui?
_ perso, j’aurais dit l’incommensurable abyssalité des sommes englouties dans le cachet de certains acteurs. C’est plus discret, ça ne vise personne directement…

Quand je vois combien vous êtes payés pour vomir, je me dis que c’est la poêle qui se fout du chaudron !

Skro:0€00 (et même dans le négatif si l’on considère les investissements – non remboursés par la Sécu – que j’ai fait pour la radio.

Oph: Monsieur Youn, je vous prierai d’avoir à l’avenir un peu plus de respect pour les poêles! Les poêles sont nos amies, il faut les aimer aussi!

Qumran: Si les critiques étaient aussi bien payés, pourquoi leur vie serait-elle aussi misérable ?
Les deux seules personnes que je connaisse qui se sont fait payer pour vomir c’est :
– Dominic Farugia dans la Cité de la Peur
– Heidi Klum pour l’enemble de son oeuvre

Et même si vous vous plaignez, messieurs, de n’être payé quasiment rien, je pense que c’est déjà trop ! Je dis messieurs, parce que j’imagine très mal des femmes pouvoir allier aussi habilement travail et méchanceté.

Skro: qui se dévoue pour le couplet « Bouh le méchant macho »?

Oph: Pourquoi ai-je l’impression que tout le monde me regarde?
_ Bon, allez, je m’y colle. Une femme, ça peut être très mesquin, très méchant, très fourbe, y compris dans le cadre du travail. Tout pareil qu’un homme et parfois pire. Et mettre la Femme sur un piédestal, c’est aussi une forme de machisme (parce qu’après, on s’offusque quand elle picole, s’exprime à grands coups de « bordel de couilles » ou même fait caca).

Grâce à vous, me voilà maintenant comme vous, rempli d’amertume.

Skro:Ah, toi aussi, tu as bu trop de bière hier soir?

Welf: Moi je trouve que c’est bien: si tu te frappe la tête contre une cruche et que ça sonne creux, c’est pas forcement la cruche. Si tu es plein de quelque chose, au moins ça ne sonne plus.

Qumran: Verre plein je te vide, verre vide je te plains.
Je ne vois pas le rapport non plus, mais vu que Skro parle de bière et Welf de receptacle à remplir… et surtout vu que je n’ai rien d’autre d’intéressant à dire…

A la seule différence, que vous resterez toujours des scribouillards aigris, avec des vies de merde, passées à juger le travail des autres, dans des rédactions éclairées par des plafonniers qui font mal aux yeux.

Skro: Merci de me rappeler d’aller acheter un halogène pour mon salon…

Welf: Redondance classique de l’attaque veule et vile à l’encontre de la vie privée des critiques. Vous l’aurez noté, aucun argument « contre » la critique, aucun argument « pour » le film (ce qui serait objectivement difficile), mais simplement un dénigrement systématique de la vie privée du critique de cinéma, qui, comme chacun le sait, est payé des millions pour vômir la bile qu’il a secrété en mangeant chez Maxim’s tous les jours.

Qumran: C’est quand même super lâche de critiquer les électriciens sous couvert de parler de cinéma. Il aurait pû critiquer le travail du plombier polonais plutôt.
Ouah, j’ai des réponses encore plus vides de sens que les pseudos-critiques émises par Youn.

Alors que moi, je m’éclate. Je vis vite. J’écoute mon coeur. Je fais le con. Je fais de la télé, de la scène, de la chanson, du cinéma.

Skro:Pareil (enfin sauf la télé). Et encore, je ne peux pas faire que ça 24/7, j’ai un boulot à côté…

Welf:Toujours rien à dire pour son film? Ah, dommage…

Oph: Pareil. Youn ne défend pas son film, il défend sa gueule. Les autres acteurs du film peuvent crever.

Qumran: Alors pourquoi ressentir le besoin de se justifier ? Michael Bay et Luc Besson font des films régulièrement assassinés par la critique, ils vivent surement aussi une vie de pacha. Mais ils ont la décence de ne pas insulter les gens qui n’aiment pas leur travail.

J’ai la plus belle femme du monde.

Skro:Quelle coïncidence, moi aussi!

Welf: Prem’s

Oph: Moi aussi, j’ai parfois fricoté avec de très belles femmes, mais je ne sais pas si ça compte.

Qumran: J’ai toute la vie devant moi, je ne compte pas me limiter à une seule pour le moment. Et au pire si je ne trouve que la « deuxième » plus belle femme au monde, on finira par un concours de bite pour mettre tout le monde d’accord.

Je travaille avec mes potes, des mecs complètement tarés et complètement loyaux.

Welf:Tiens, et il fait quoi avec ses potes? Du cinoche? Mais non voyons: de la masturbation mentale. S’il faisait du cinoche, il défendrait ce qu’il fait, ou alors il n’aurait que faire de la critique des autres.

Skro: Je ne veux pas être mesquin, mais si j’étais un pote en question, je n’aimerais pas qu’on dise de moi que je suis loyal. Parce que ça fait soit chiot, soit paladin. Et puis moi, mes copains, ils sont complètement tarés et complètement chaotiques, et en plus, ils aiment la Guinness!

Oph: Ouaip. Complètement loyaux, ça sous-entend qu’ils le suivront même si en leur for intérieur, ils estiment que le projet, c’est de la sous-merde. Ce qui est fort dommageable. Tandis que le pote chaotique te dira en face qu’il n’est pas d’accord, et ça a toutes les chances de se finir fort cordialement autour d’une bonne bière.

Qumran: Cool. Et sinon Incontrolable et la critique dans tout ça ?

J’ai des parents fiers de ce que je suis devenu.

Skro:Mon père est fier. Ma mère m’a dit que j’étais complètement taré. j’ai pris ça pour un compliment. 😀

Welf:Non là si en plus on attaque la famille, c’est pas juste. Skipy le chien fabuleux est fier de moi, na!

Qumran:– Papa, je veux devenir critique de cinéma…
– Quoi !? Fils ingrat ! Jamais un Froustecroute sera critique de cinéma. Tu seras masturbateur de mouton comme tout tes ancètres.

Je ne fais jamais deux jours de suite la même chose. Et non seulement, je gagne bien ma vie, mais en plus je fais un des boulots les plus agréables du monde.

Oph: C’est une question de point de vue. Pour certains, jouer la comédie, c’est le cauchemar, parce que c’est au-dessus de leurs forces.
_ Ah, on me fait signe dans l’oreillette que Michael Youn ne joue pas la comédie, il se contente de faire le clown. Au temps pour moi.

Qumran:C’est bien. Et je suis surement d’accord avec lui. Mais alors de quoi se plaint-il ? Forcemment c’est dangereux, il suffit de faire un bide et on peut retomber dans l’oubli. Bonne chance pour négocier le prochain virage de carrière, vu que l’humour caca-prout ne semble plus être fédérateur. (Si j’osais, je dirais que maintenant pour avoir du succès il faut se lancer dans la caricature politique… au moins son travail ferait le tour du monde…)

Alors, accrochez vous bien, parce moi ce que je fais, vous n’aurez jamais ni le talent, ni la créativité, ni la capacité, ni même la possibilité d’en faire votre métier…

Skro:

  • Talent, on doit avoir le niveau pour aller me baigner dans un bassin des tuileries ou monter un groupe de punk. Check.
  • Créativité, on doit pouvoir réussir à trouver quelques idées moins irréalisables que d’autres, dans toutes les conneries qu’on a raconté, vous pensez pas?
  • Capacité: on a monté la radio avec deux bouts de ficelles, un couteau suisse, un modem 56k et 20 000 km de distance. On n’attend plus que les fonds pour monter la télé. Check!
  • Possibilité… Perso, je n’ai pas envie de coucher pour réussir, mais si quelqu’un veut se dévouer pour moi…

Welf: Moi je croyais pouvoir réussir pour coucher. Non? Zut… Bon et bien je continue de me demander ce qu’on peut bien dire pour ce film, ou ce qu’on peut dire à l’encontre de la méthode des critiques de cinoche. Pour le reste, je ne suis pas Monsieur 3615 MyLife.

Oph: Je connais un proverbe qui dit tout ça bien plus brièvement et plus efficacement, sans être mesquin: « La critique est aisée mais l’art est difficile ».

Qumran: J’espères plutôt un jour faire un truc dont je serais fier plutôt que de singer des provocations déjà vues 10 000 fois.

alors que moi, excusez-moi, mais le vôtre de métier, je le fais demain matin !

Skro:Bon, ben envoie un CV dans ma boite, on en reparle… Parce que la procédure de recrutement prend quand même quelques semaines 😀

Oph: Ça dépend… Il connaît Forté le monsieur?

Qumran: A quand Michael Youn en interview sur ZoC Radio ? Si Lili n’est pas là, on lui laisse la rubrique des gadgets sexuels USB. Parce que bon, la chronique ciné, on est jamais mieux servi que par soi même, je la garde.

Et en plus, je me lève à 11H00 ! Pas besoin de m’y mettre plus tôt !
Mais voilà, moi plutôt que de passer ma vie à critiquer celle des autres, j’ai préféré la passer à la réussir…

Skro: 33 ans, et il se dit déjà fini[[je lis entre les lignes]]… Faut arrêter de se prendre pour Jésus, ou tu risques de finir cloué à une porte de grange…

Qumran: Mais alors ? Pourquoi prend-il autant de temps à déverser sa propre bile sur les critiques de ciné ?

Pour terminer, quel dommage que vous ne soyez pas « papivore », parce que je vous aurais quand même volontiers fait bouffer vos articles, comme ça j’aurais transformé des pisse-froid en mange-merde…

Skro: D’autant plus que pour avaler un écran 17″ sans mâcher, il faut avoir une sacrée grande gueule, n’est-ce pas?

Qumran: C’est mignon ça. J’aurais presque pu apprécier ce trait d’esprit si ce n’était pas précédé par une montagne de merde (c’était où en Allemagne d’ailleurs le raz de marrée de purin ? C’est peut-être Michael Youn qui était de passage)

Veuillez agréer, messieurs les critiques, mes plus sincères salutations à votre anus.

Skro: Comme je disais dans ma jeunesse « parle à mon cul, ma tête est malade »…

Welf: Le registre scatologique étant terminé, merci de reprendre une activité normale, et de faire du cinéma.

Oph: Moi, je veux bien faire du cinéma… Qui vient avec moi?

Qumran: Moi je lui fais un poutou sur les fesses. C’est comme ça, je suis un garçon affecteux.