Crazy Dora Turtle

Tout le monde le dit, la télévision n’est pas une nounou. Mais que celui qui n’a jamais laissé son lutin [[Mais non, pas toi, Burnounet.]] devant les dessins animés pour prendre sa douche tranquille me jette la première pierre. Et puis, quand on a un petit qui regarde les émissions pour enfants, on y jette souvent un OEil soi-même, ce qui permet de découvrir un monde très différent de ce qu’on attend du PAF quand on est un jeune adulte normalement constitué. J’ai trouvé très réussies les aventures de l’ours Tibère sur la Cinquième, puis celles de Dora l’exploratrice sur TF1 [[On m’a déjà rétorqué que Dora, c’était mou du genou et limite soporifique. Mais un dessin animé qui fait participer l’enfant et ne l’encourage pas à végéter dans la passivité la plus profonde, c’est quand même quelque chose. Même si l’alibi « premiers mots d’anglais » est lourdement frelaté quand on s’adresse à des gamins qui ne maîtrisent déjà pas forcément leur langue maternelle.]]. Et puis il y a eu les clips.


Les détracteurs de la chaîne qui ménage du temps de cerveau disponible pour vendre des sodas seront ravis: c’est la faute à TF1!

En effet, tandis qu’une chaîne comme la Cinquième enchaîne ses dessins animés sans autre interlude qu’un court jingle et presque sans pub, TF1 s’est mis, il y a déjà un certain temps, à coller un clip musical dans son émission enfantine du matin. Mon fils, et les autres, ont ainsi pu découvrir Crazy Frog, alias « the most annoying thing in the world », qui se balade la quéquette à l’air en faisant des bruits de Formule 1 à la bouche. Et les grands-parents de se procurer le single de « Bim Bim » pour faire plaisir au petit (et un peu pour eux aussi, j’en ai peur). On connaissait depuis longtemps la technique télévisuelle consistant à faire découvrir un clip pour promouvoir le morceau, mais cette fois, d’une part ça s’adresse à des enfants vraiment jeunes [[Ça se calait au départ entre Dora et Boule & Bill, qui ne visent pas précisément les préados. Plutôt les pré-pré-préados.]], et d’autre part, c’est devenu systématique.

Ainsi, un second clip de Crazy Frog a succédé au premier, puis d’autres ont flairé le filon et se sont engouffrés dans la brèche. Sans temps mort, on est passé à Michael Turtle, et en ce moment, c’est Dora qui pousse la chansonnette entre deux dessins animés. Concept encore plus malin, puisque le personnage est déjà connu du public. Les enfants désireux de réécouter ces titres qu’on leur matraque plusieurs fois dans la matinée, tous les matins de la semaine, peuvent les retrouver en singles [[Pas malts.]], en albums ou dans des compilations spéciales « kidz »…

Chouette. Après le matraquage de « monde merveilleux de l’enfance, arôme de synthèse élaboré en Italie » déjà dénoncé par l’ami Skro dans ces colonnes, on s’attaque directement à l’enfant, qui a encore moins de recul que l’adulte (lequel, au vu des scores de vente d’Ilona Mitrecey, n’en avait déjà pas beaucoup).
_ Sauf que.
_ Sauf que le gnome, en fait, ce qui l’intéresse, c’est le clip.

Qu’à cela ne tienne, attention les yeux! Sous nos yeux ébahis déboule cette semaine une publicité pour un DVD contenant « tous tes clips préférés »! Une compilation de Crazy Frog, Michael Turtle, Dora, Pinocchio, Schnappi… à passer en boucle pour la plus grande joie de nos petits. Le remix du Ouh la Menteuse de Dorothée qui se trouve dans le paquet, avec comme accroche « clip animé par Cabu », est-il là en guise d’alibi nostalgique pour les parents? La question reste en suspens. En tout cas, la tendance actuelle des parents à vouloir surcompenser leur manque de disponibilité par des achats en masse de trucs crétins est exploitée à fond par cette nouvelle tendance.

Pendant ce temps, au hasard d’une visite chez quelqu’un qui a le satellite, j’ai eu la joie de tomber sur la version germanophone du Cap’ ou pas cap’ de Pinocchio, qui vient de sortir là-bas. C’est de bonne guerre. Il n’avaient qu’à ne pas nous refiler leur Schnappi.

Maman Oph