La Cantada

Non loin de la place de la République, que les plus courageux pourront rallier à pied, dans un quartier animé plein de cafés et de restaurants, se trouve une petite rue un peu plus calme, qui court de la rue Jean-Pierre Timbaud à la rue Oberkampf. Bienvenue dans la rue Moret. Cherchez le numéro 13, l’enseigne marquée « la Cantada », et poussez la porte. Vous voilà dans un des bars les plus sympas de la capitale, qui sert de repaire à pas mal de métalleux et de vidéastes plus ou moins amateurs.


A première vue, l’ambiance semble travaillée, mais somme toute assez classique pour un bar rock tendance métal. Décoration à dominante rouge, illustrations gentiment trash des sept péchés capitaux, bande-son métallisante juste assez fort pour faire bruit de fond et pas assez pour gêner les conversations. Mais en y regardant de plus près, la Cantada a bel et bien son identité propre. Déjà, ce n’est pas un bar à bières, malgré la présence à la carte de quelques sympathiques productions artisanales [[Le tout à des prix très raisonnables pour un établissement parisien.]]. La vraie spécialité du coin, c’est l’absinthe. Le bar en propose pas moins d’une dizaine de variétés différentes, à tester suivant l’envie du moment. Et pour les gens qui n’aimeraient pas ça, la Cantada fait aussi bar à vins. Au quotidien, avec une carte bien fournie et même de l’hypocras, mais aussi lors des soirées dégustation mensuelles.

Car c’est ça, le vrai charme de la Cantada. Mickey, le patron, reconnaissable à sa tignasse argentée [[Lorsque vous le rencontrerez, vous constaterez qu’en dépit de cette description, on ne risque pas de le confondre avec Dominique de Villepin.]], a en effet le bon goût d’accueillir en ses murs diverses animations. Si vous descendez dans le « Trou », la cave située juste sous le bar, vous trouverez un écran et des chaises, qui servent pour des projections de films ou pour des one-man shows. Les murs en pierre du Trou servent également de support à des expositions qui changent régulièrement. Notre camarade Allyamaeth, aujourd’hui patron de l’Antre II Mondes à Dijon et jeune papa, y avait exposé ses oeuvres il n’y a pas si longtemps.

D’autres animations, comme les ventes de trucs variés qui ont lieu régulièrement, peuvent se tenir dans le bar lui-même. Attention quand même, ça attire du monde, et comme la Cantada reste un lieu assez exigu, on a vite fait de se marcher sur les pieds.

Pour résumer:
– La Cantada est ouverte de 18h à 1h30 du dimanche au jeudi, et de 18h à 4h du matin le vendredi et le samedi.
– L’absinthe et le bon vin, assiette de charcuterie en option, tous les soirs.
– Thursday Night Holocaust, soirées métal pur et dur, chaque jeudi.
– Les Dimanches Divins, dégustations de vins, le premier dimanche de chaque mois.
– Les Apéros du Court, projections de courts métrages (vous pouvez proposer les vôtres), le deuxième dimanche de chaque mois.
– Pour avoir le planning des animations, allez voir le site de la Cantada.

Oph au vin