Sentaï School, troisième volume

La Sentaï School, c’est l’Ecole des Héros. Celle qui, en quelques années de cursus chaotique, fait d’un élève lambda un membre de sentaï ou un personnage principal de série à succès. La dernière fournée d’élèves, particulièrement dissipée, sert de prétexte à une excellente BD dont j’ai déjà parlé dans un article dédié à la rubrique Livres. C’est français, c’est drôle, ça se mange sans faim. Alors quand on annonce l’arrivée d’un troisième volume, tout le monde se lève pour Matt Ban!


L’année 2006 sera synonyme de grands changements dans le petit monde de Sentaï School. Courant février, nous devrions voir arriver chez nos vendeurs de bédés habituels ce fameux volume III déjà annoncé dans le titre de cet article. Et cette fois, attention les yeux! Nos jeunes héros vont sortir de l’école pour mettre le feu à une longue histoire complète [[Et aussi à quelques bâtiments, histoire de ne pas perdre les bonnes habitudes.]], en lieu et place des habituels épisodes indépendants de 8 ou 16 pages. Ken, Tôa, Keiji, Hongô et Duke, accompagnés de Bibi et de Chibi Goldo, vont fausser compagnie à leurs camarades de classe à l’occasion d’un voyage riche en aventures. Comme dans Resident Sentaï, épisode mythique du volume II, exit les uniformes, bonjour aux tenues de ville qui montrent par la même occasion que nos héros ont un peu grandi. Mais que les fans de la première heure se rassurent, la recette reste la même: un trait rond et plein de vie, des calembours, des quiproquos, et surtout beaucoup de clins d’oeil au monde de la BD ou du cinéma [[Sentaï School III sera notamment Poungi inside, rien qu’au détour d’une case, mais ça n’a pas de prix.]].

Tofu le bôgosse, évincé de la majeure partie du tome III

Pour l’occasion, Sentaï School n’est plus un pauvre petit titre isolé chez Semic Manga. La série change en effet de collection, et sera désormais éditée chez Kami, un label assez récent qui publie quelques manga et aussi pas mal de manwha [[Dont le très trash Slasher, avec son psychopathe qui a bien suivi les cours de Lecter-sensei à la Villain’s School, et son héroïne que des années d’expérience à la crim’ n’empêchent pas d’avoir la gerbe devant les cadavres.]]. La nouvelle couverture aura le format japonais, avec une jaquette. Et… les deux premiers volumes aussi.

Vous avez bien lu. Ça signifie que Sentaï School I et Sentaï School II vont être réédités, dans une nouvelle collection, avec une nouvelle couverture (vraiment nouvelle, qui ne reprendra pas le design de l’ancienne). Oui, ça signifie que les anciennes versions que vous aviez achetées ne vont pas être assorties à la nouvelle. Oui, si vous voulez que ça fasse joli sur vos étagères, vous allez devoir acheter les premiers volumes new look, avec un prix probablement revu à la hausse parce que les éditeurs ne sont pas des philanthropes. Oui, c’est de l’abus total. Mais si on y réfléchit bien, le jour où Glénat s’est enfin mis aux couvertures japonaises et a massivement réédité la douzaine de séries publiées chez eux à l’époque, ça a autrement fichu le bazar dans les bibliothèques, croyez-moi. Et en ce qui me concerne, je n’ai rien racheté. Si vous êtes un grand maniaque, un collectionneur fou ou un groupie de Philippe et Florence, vous raquez, sinon vous faites comme si de rien n’était.

Et puis ça veut aussi dire que les anciennes éditions des premiers volumes seront des objets de collection dans quelques années, et qu’avec un peu de chance, vous pourrez les revendre à prix d’or. On a un grand principe chez ZoC Radio. Non, pas « n’importe quoi très vite », l’autre: il faut toujours voir le bon côté des choses [[Dans la mesure où celles-ci ont un bon côté, ce qui n’est pas toujours le cas.]].

Pour en revenir à des considérations moins financières, après une pause bien méritée de quelques mois, la prépublication du tome IV de Sentaï School commencera dans le magazine Coyote, aux alentours du second semestre 2006.

Oph is On
_ (parce que Bad is Good!)