The Secret World

Cela fait à peu près deux ans et une vidéo cryptique que Funcom avait attiré l’attention des ZoCiens sur son futur bébé, un jeu à base de sociétés secrètes, d’horreurs indicibles, de vampires et de zombies. Deux ans plus tard, l’attente est enfin finie, et nous avons pu jeter un œil à la bête. Impressions.

Continuer la lecture de « The Secret World »

Forsaken World

Le site du jeu

Le monde d’Eyrda est menacé par Dysil, un dragon malfaisant, et ses redoutables légions Ouragan.
_ Vous, héros, êtes le seul espoir des forces du bien.

À partir de cette trame de base écrite à la photocopieuse jusqu’aux noms des entités, Forsaken World est un jeu fantasy classique mais efficace, multi-mondes, multi-serveurs (dont un francophone) et Free To Play.

We can be heroes…

Afin de défendre Eyrda, le joueur a le choix entre cinq races et huit classes, ce qui peut sembler bien beau, jusqu’au moment où l’on constate que les associations entre les deux sont très bridées: chaque classe n’est accessible, au mieux, que par deux races différentes. Ça limite, tout de suite.

Les Humains peuvent être Guerrier, Mage, Assassin ou Prêtre.
_ Les Elfes peuvent être Guerrier, Prêtre ou Barde.
_ Les Nains peuvent être Fusilier.
_ Les Pétrans (hommes de pierre, de sexe exclusivement masculin) peuvent être Gardiens (des tanks avec de gros marteaux).
_ Les Kindred (des vampires sympas, à ne pas confondre avec les vilains vampires dégénérés que l’on se fritte) peuvent être Assassin, Mage ou Vampire.

Au niveau customisation, on a le choix du sexe sauf pour les Pétrans, et pour chaque option, une demi-douzaine de visages différents, une douzaine de couleurs de peau et de coiffures, une liberté totale pour la couleur de cheveux, et des personnalisations plus ou moins visibles. Par exemple, les personnalisations des demoiselles bardes consistent essentiellement en des peintures sur le front, or les coiffures desdites demoiselles bardes ont une fâcheuse tendance à comporter une frange. Fail.

Cantarys, Barde niveau 20, porte de jolies peintures sous sa frange.

Les quêtes de départ, différentes suivant la carrière choisie, sont prévues pour découvrir en douceur les fonctionnalités du jeu. En l’espace d’une soirée, on est arrivé au niveau 10 et on rejoint la ville de Port-Liberté, où commencent les choses sérieuses (et communes à tous).

Dans la mesure où l’existence des Kindred est la seule originalité de Forsaken World par rapport au meuporgue d’à côté, pas de surprise, ceux-ci sont sur-représentés au sein de la population de PJ. Heureusement, pas trop. On croise à peu près de tout dans les rues de Port-Liberté.
_ Sans compter que les tenues étant toutes plus chatoyantes les unes que les autres, tous les héros sont des poseurs, pas seulement les vampires.

Restons classiques

Le gameplay de Forsaken World n’a rien de révolutionnaire: on y alterne massacre de monstres et courses à travers la ville pour gagner de l’expérience et des objets.
_ Dès le niveau 10, tout joueur a droit à un familier de base, et même plusieurs s’il veut.
_ Au même stade du jeu, on est invité à choisir un ou plusieurs métiers (au niveau 10 sont accessibles Botaniste, Alchimiste et Cuisinier). On pioche comme on veut dans la liste, mais Botaniste est indispensable puisque ce métier permet aussi bien de cueillir les fleurs délicates qui serviront de base aux potions que de déraciner des palmiers-dattiers à coups de pelle pour confectionner des pâtisseries orientales.
_ À partir du niveau 20, le système de Talents permet de se spécialiser en mettant des points dans un arbre de compétences (déjà vu dans Diablo II, Titan Quest et autres jeux d’aventure).

On retrouve par ailleurs les indispensables instances, donjons, guildes et événements spéciaux qui font les délices des joueurs. Le tout gratuitement.

Ardifera, Fusilière niveau 26, et son familier Hardi, en promenade nocturne.

Mais alors, c’est quoi qu’on paie?

Les trucs en plus, les trucs cool. Si on veut un familier qui déchire, une monture qui permet de se déplacer très vite en mettant tout le monde dans le vent, ou alors un chapeau à plumes exclusif qui n’est pas beaucoup plus puissant que les autres mais qui a grave la classe… Pas de secret, il faut passer à la cash shop.

On peut tout à fait choisir de s’en passer. On sera alors un peu ringard, mais pas ridicule en combat (d’après quelques joueurs de haut niveau qui résistent très bien à la tentation).

Bref, si on a quelques heures à perdre, Forsaken World, c’est un jeu joli et efficace à défaut d’être original. Les décors et les personnages sont très soignés pour du Free To Play, les textes correctement traduits en français, et les attaques musicales du barde sont un ravissement pour les oreilles.

À la bonne vôtre!

Le site du jeu

Agricola

XVII° siècle, Europe centrale. Le continent se remet à peine de la Grande Peste qui l’a durement frappé plusieurs siècles auparavant. Vous incarnez une famille de paysans pauvres qui doit se débrouiller à partir de rien. Saurez-vous faire fructifier vos terres pour que votre famille prospère ?

Continuer la lecture de « Agricola »

Cham von Schrapwitz

Des milliers de gens ont lu mes articles de l’Encyclopédie de Naheulbeuk, sans savoir qu’ils sont de moi… Aujourd’hui, il est temps de révêler un des secrets de polichinelle les mieux gardés de toute la Transnistrie Subcarpathique : Welf et Cham von Schrapwitz sont une seule et même personne, votre serviteur.
Du coup, j’en profite pour lever un coin du voile de feu sur ce magicien élémentaliste, Capitaine Flamme de la Boule de Feu, et docteur Honoris Causa de la Pyromancie Carbonisatrice.

Continuer la lecture de « Cham von Schrapwitz »

Granado Espada

Le monde du MMORPG est actuellement squatté par World of Warcraft, et en attendant Age of Conan (oui, un jeu où l’on pourra jouer un barbare brutal) et Warhammer Age of Reckonning (un MMO basé sur le monde de Warhammer Battle, donc encore avec des nains et des orques), on se trouve un peu dépourvu, d’autant que la bise est venue, et qu’un abonnement à un MMO, ça coûte cher…

Continuer la lecture de « Granado Espada »

Building the Survivaure

Puisqu’un fan répondant au pseudo de Pégase avait offert de superbes figurines du Survivaure à Knarf[[pour ceux qui ignorent qui est Knarf, il est l’auteur de la saga mp3 « les aventuriers du Survivaure », joyeusement déjantée, et aussi le scénariste de la BD eponyme, déssinée par Marion Ponsot]] et que je cherchais un cadeau d’anniversaire original à lui offrir, je me suis dit « un diorama survivaure, c’est le bon plan »… Il ne me restait donc qu’à construire le Survivaure…

Continuer la lecture de « Building the Survivaure »