Google + Fil RSS

‘Triumvirat’ Catégorie

  1. Mort sur la baie (Ana l’Étoilée tome 3)

    Commentaires fermés sur Mort sur la baie (Ana l’Étoilée tome 3)

    août 19, 2017 par Oph


    C’était juste une formalité pour Jayesh et moi, en vacances forcées à la campagne : quelqu’un à rencontrer à Cardiff, une simple vérification à faire, et pourquoi pas une sortie en ville ? Mais voilà, rien n’est simple dans ma vie de sorcière. Au lieu de profiter de la soirée, nous voilà pris dans une course contre la mort, traquant une sirène irlandaise à travers la capitale galloise infestée de monstres. Mes récents cours de magie suffiront-ils quand le passé resurgit sous sa forme la plus angoissante ? Ou devrai-je, pour sauver ceux qui m’entourent, accepter une alliance contre nature ?

    Commandez Mort sur la baie !

    Pour toute précommande avant le 5 septembre, recevez avec votre ouvrage un marque-page dédicacé par mes soins. Début des envois le 11 septembre 2017.
    Ce troisième tome nous emmène à Cardiff avant un quatrième et dernier situé à Paris, auquel je travaille en ce moment
    Qu’en dit l’éditeur ?
    Rien que de belles choses !

    Ana l’étoilée, ce n’est pas une saga d’urban fantasy classique ; ce n’est pas une histoire découpée en plusieurs tomes, ce n’est pas non plus quatre aventures indépendantes, missions isolées de notre sorcière freelance bien aimée. Non, il s’agit bien d’une série avec des récits certes distincts mais avec un impact bien marqué sur les tomes qui suivent. Ainsi, en sus d’une aventure qui se suffit à elle-même dans chaque livre, des axes se développent avec saveurs sur l’ensemble de la saga ; c’est le cas de la romance, c’est aussi le cas pour l’évolution psychologique d’Ana, de l’évolution de ses pouvoirs et son rapport à la magie et aussi de l’installation du monde dans lequel elle évolue. La série a ça de génial : chaque aventure prend place dans une ville différente d’Europe (Madrid, Londres, Cardiff puis Paris) ce qui permet à l’auteur d’étoffer le monde magique en fonction de différentes cultures/lieux/traditions. Il y a une logique à l’immersion dans cette facette surnaturelle de notre réalité, et la logique on la retrouve aussi dans le personnage cérébral d’Ana qui a un rapport très cartésien à la magie, une autre originalité du récit que j’ai beaucoup apprécié. Car l’auteur réinvente les codes de l’héroïne d’urban, voire même du héros tout court. Chaque obstacle sur la route d’Ana n’est pas là par hasard et, arrivé à l’avant-dernier tome de la saga, après avoir perçu des saveurs distinctes en chaque opus, on peut commencer à percevoir et savourer le goût général et parfumé de l’univers d’Ana l’étoilée dans son ensemble. Ces quatre récits courts ont une vraie personnalité, seuls mais aussi ensemble, et contrairement à ce qu’on pourrait penser, ils ne sont pas trop courts. Ces livres sont à l’image de leur héroïne (superbement représentée par le travail d’Alexandra V Bach en passant), il y a ce qu’il faut là où il faut, ni plus ni moins, ils sont parfaits tels qu’ils sont. Et si vous n’avez pas encore découvert la série, je vous invite à le faire avant l’arrivée du tome 3.


  2. Mort sur la baie (Ana l’Étoilée tome 3)

    Commentaires fermés sur Mort sur la baie (Ana l’Étoilée tome 3)

    août 19, 2017 par Oph


    C’était juste une formalité pour Jayesh et moi, en vacances forcées à la campagne : quelqu’un à rencontrer à Cardiff, une simple vérification à faire, et pourquoi pas une sortie en ville ? Mais voilà, rien n’est simple dans ma vie de sorcière. Au lieu de profiter de la soirée, nous voilà pris dans une course contre la mort, traquant une sirène irlandaise à travers la capitale galloise infestée de monstres. Mes récents cours de magie suffiront-ils quand le passé resurgit sous sa forme la plus angoissante ? Ou devrai-je, pour sauver ceux qui m’entourent, accepter une alliance contre nature ?

    Commandez Mort sur la baie !

    Pour toute précommande avant le 5 septembre, recevez avec votre ouvrage un marque-page dédicacé par mes soins. Début des envois le 11 septembre 2017.
    Ce troisième tome nous emmène à Cardiff avant un quatrième et dernier situé à Paris, auquel je travaille en ce moment
    Qu’en dit l’éditeur ?
    Rien que de belles choses !

    Ana l’étoilée, ce n’est pas une saga d’urban fantasy classique ; ce n’est pas une histoire découpée en plusieurs tomes, ce n’est pas non plus quatre aventures indépendantes, missions isolées de notre sorcière freelance bien aimée. Non, il s’agit bien d’une série avec des récits certes distincts mais avec un impact bien marqué sur les tomes qui suivent. Ainsi, en sus d’une aventure qui se suffit à elle-même dans chaque livre, des axes se développent avec saveurs sur l’ensemble de la saga ; c’est le cas de la romance, c’est aussi le cas pour l’évolution psychologique d’Ana, de l’évolution de ses pouvoirs et son rapport à la magie et aussi de l’installation du monde dans lequel elle évolue. La série a ça de génial : chaque aventure prend place dans une ville différente d’Europe (Madrid, Londres, Cardiff puis Paris) ce qui permet à l’auteur d’étoffer le monde magique en fonction de différentes cultures/lieux/traditions. Il y a une logique à l’immersion dans cette facette surnaturelle de notre réalité, et la logique on la retrouve aussi dans le personnage cérébral d’Ana qui a un rapport très cartésien à la magie, une autre originalité du récit que j’ai beaucoup apprécié. Car l’auteur réinvente les codes de l’héroïne d’urban, voire même du héros tout court. Chaque obstacle sur la route d’Ana n’est pas là par hasard et, arrivé à l’avant-dernier tome de la saga, après avoir perçu des saveurs distinctes en chaque opus, on peut commencer à percevoir et savourer le goût général et parfumé de l’univers d’Ana l’étoilée dans son ensemble. Ces quatre récits courts ont une vraie personnalité, seuls mais aussi ensemble, et contrairement à ce qu’on pourrait penser, ils ne sont pas trop courts. Ces livres sont à l’image de leur héroïne (superbement représentée par le travail d’Alexandra V Bach en passant), il y a ce qu’il faut là où il faut, ni plus ni moins, ils sont parfaits tels qu’ils sont. Et si vous n’avez pas encore découvert la série, je vous invite à le faire avant l’arrivée du tome 3.


  3. Etiquette en plus et case en moins

    Commentaires fermés sur Etiquette en plus et case en moins

    juin 26, 2017 par Skro

    Petit billet rapide, inspiré par la lecture en diagonale d’un plus long billet sur les étiquettes, l’appartenance, tout ça, partagé par des zamis des zinternets… De ce que j’en ai retenu (la lecture dans le train sur un mini-écran ne poussant pas vraiment à la concentration, je m’excuse d’avance des faux-sens et autres déformations de … Continuer la lecture de « Etiquette en plus et case en moins »


  4. Etiquette en plus et case en moins

    Commentaires fermés sur Etiquette en plus et case en moins

    juin 26, 2017 par Skro

    Petit billet rapide, inspiré par la lecture en diagonale d’un plus long billet sur les étiquettes, l’appartenance, tout ça, partagé par des zamis des zinternets… De ce que j’en ai retenu (la lecture dans le train sur un mini-écran ne poussant pas vraiment à la concentration, je m’excuse d’avance des faux-sens et autres déformations de … Continuer la lecture de « Etiquette en plus et case en moins »


  5. Fin mai, début juin

    Commentaires fermés sur Fin mai, début juin

    juin 2, 2017 par Oph

    Deux mois sans un billet. Le printemps est rude pour l’activité bloguesque.
    On pourrait accuser les réseaux sociaux, mais j’accuse aussi une baisse de régime sur Facebook, mon usage de Twitter reste marginal, et celui de Mastodon encore plus.
    Si mes livres vous intéressent, si ma vie vous intrigue, vous êtes au bon endroit.
    Qu’est-ce que je fais en ce moment ?
    Qu’est-ce que je ferai prochainement ?
    Réponses ci-dessous !

    Avril-mai 2017 sous les feux des projecteurs
    Comme annoncé, l’anthologie Au fil de l’eau est parue en avril, à l’occasion du festival ImaJn’ère. Je n’étais malheureusement pas sur place, retenue en région parisienne par d’autres obligations.
    L’anthologie de l’année prochaine aura les monstres pour thème, j’aimerais y participer, j’ai un début d’idée, mais le cerveau un peu trop encombré en ce moment pour m’y mettre ! À suivre, donc.
    Début mai, j’ai rejoint la joyeuse équipe des éditions du Chat Noir au Salon Fantastique 5.1. Drôle de week-end marqué par l’élection présidentielle, où la tension des deux premiers jours s’est muée en soulagement le lundi, et où la météo était au froid entre deux grosses périodes de chaleur. Il s’agissait là de mon dernier salon avant l’été, puisque j’ai fait l’impasse sur les Imaginales pour des raisons d’organisation et de budget.
    Avril-mai 2017 en coulisses
    Après avoir bouclé le premier jet d’Ysa Zéro en mars, j’ai enchaîné avec le Camp NaNoWriMo d’avril.
    Projet : le tome 4 d’Ana l’Étoilée, qui emmène l’héroïne à Paris dans une sombre histoire de règlement de compte avec des vampires.
    Objectif : 10000 mots. C’était peu, mais il fallait d’abord que je cale un minimum de planification, ce qui m’a fait entamer la rédaction proprement dite le 10 du mois. De fait, j’ai réussi de justesse.
    À l’heure qu’il est, le début du roman, intitulé Au-delà des lumières, compte un peu moins de 22000 mots, ou plutôt de 125000 signes pour moi qui préfère cette unité de mesure. Je termine en ce moment le chapitre 7, il y en aura sans doute une vingtaine en tout, donc on peut supposer que le volume final frisera les 300000. Ça reste petit pour un roman, mais c’est le credo avec Ana : des livres courts qui se lisent vite. Ce quatrième et dernier tome sera ainsi le plus long de la série (175000 signes pour L’ours et la colombe, 215000 pour Piste d’enfer et 230000 pour Mort sur la baie).
    En parallèle, j’ai passé beaucoup de temps à m’occuper de mon jardin et j’ai repris le sport. Mon temps sur l’ordinateur est donc bien plus orienté vers l’écriture que vers les réseaux sociaux, ce qui explique ma présence moins visible en ligne.
    Mon ancienne responsable au bureau le répétait souvent : il ne suffit pas de faire, il faut aussi montrer que l’on fait. Sauf que dans l’état actuel des choses, j’ai du mal à montrer. Mon activité actuelle est très souterraine. Je me motive en montrant à des contacts mon avancée quotidienne, mais je doute que cela passionne les abonnés de ma page d’auteur.
    Et maintenant, on fait quoi ?
    On en termine avec Ana, pardi !
    Je rempile pour le Camp NaNoWriMo de juillet, avec un objectif un peu plus ambitieux que celui d’avril (15000 ou 20000 mots, on verra), ce qui, ajouté à la progression de juin, devrait permettre d’arriver au bout du premier jet juste avant de partir en vacances.
    En parallèle, il faudra aussi, dans un avenir proche, s’occuper du travail éditorial sur le tome 3, dont la parution est prévue pour la rentrée de septembre.
    Mort sur la baie, c’est une visite de la baie de Cardiff par une nuit où les créatures magiques sont de sortie, et pas forcément les plus fréquentables. C’est une course contre la mort elle-même. C’est aussi un autre regard sur les événements du Nouveau Burlesque. Enfin, pour moi, c’est le défi consistant à suggérer certains éléments qu’Ana ne voit pas (et donc qui ne peuvent pas être abordés frontalement puisque c’est elle qui raconte), afin de mieux enchaîner sur Au-delà des lumières.
    Bref, si on me demande mon avis, c’est le meilleur des trois tomes que j’ai terminés. Mais ça n’engage que moi.
    La saison des salons d’automne reste un peu floue pour moi. Avec le Mois de l’Imaginaire en octobre, de nombreuses manifestations vont s’organiser prochainement et j’espère participer à certaines d’entre elles. En tout cas, pour la première fois de ma vie, j’irai au Salon du Livre de Colmar le week-end du 25-26 novembre.
    Le reste se décidera au fur et à mesure.

  6. Fin mai, début juin

    Commentaires fermés sur Fin mai, début juin

    juin 2, 2017 par Oph

    Deux mois sans un billet. Le printemps est rude pour l’activité bloguesque.
    On pourrait accuser les réseaux sociaux, mais j’accuse aussi une baisse de régime sur Facebook, mon usage de Twitter reste marginal, et celui de Mastodon encore plus.
    Si mes livres vous intéressent, si ma vie vous intrigue, vous êtes au bon endroit.
    Qu’est-ce que je fais en ce moment ?
    Qu’est-ce que je ferai prochainement ?
    Réponses ci-dessous !

    Avril-mai 2017 sous les feux des projecteurs
    Comme annoncé, l’anthologie Au fil de l’eau est parue en avril, à l’occasion du festival ImaJn’ère. Je n’étais malheureusement pas sur place, retenue en région parisienne par d’autres obligations.
    L’anthologie de l’année prochaine aura les monstres pour thème, j’aimerais y participer, j’ai un début d’idée, mais le cerveau un peu trop encombré en ce moment pour m’y mettre ! À suivre, donc.
    Début mai, j’ai rejoint la joyeuse équipe des éditions du Chat Noir au Salon Fantastique 5.1. Drôle de week-end marqué par l’élection présidentielle, où la tension des deux premiers jours s’est muée en soulagement le lundi, et où la météo était au froid entre deux grosses périodes de chaleur. Il s’agissait là de mon dernier salon avant l’été, puisque j’ai fait l’impasse sur les Imaginales pour des raisons d’organisation et de budget.
    Avril-mai 2017 en coulisses
    Après avoir bouclé le premier jet d’Ysa Zéro en mars, j’ai enchaîné avec le Camp NaNoWriMo d’avril.
    Projet : le tome 4 d’Ana l’Étoilée, qui emmène l’héroïne à Paris dans une sombre histoire de règlement de compte avec des vampires.
    Objectif : 10000 mots. C’était peu, mais il fallait d’abord que je cale un minimum de planification, ce qui m’a fait entamer la rédaction proprement dite le 10 du mois. De fait, j’ai réussi de justesse.
    À l’heure qu’il est, le début du roman, intitulé Au-delà des lumières, compte un peu moins de 22000 mots, ou plutôt de 125000 signes pour moi qui préfère cette unité de mesure. Je termine en ce moment le chapitre 7, il y en aura sans doute une vingtaine en tout, donc on peut supposer que le volume final frisera les 300000. Ça reste petit pour un roman, mais c’est le credo avec Ana : des livres courts qui se lisent vite. Ce quatrième et dernier tome sera ainsi le plus long de la série (175000 signes pour L’ours et la colombe, 215000 pour Piste d’enfer et 230000 pour Mort sur la baie).
    En parallèle, j’ai passé beaucoup de temps à m’occuper de mon jardin et j’ai repris le sport. Mon temps sur l’ordinateur est donc bien plus orienté vers l’écriture que vers les réseaux sociaux, ce qui explique ma présence moins visible en ligne.
    Mon ancienne responsable au bureau le répétait souvent : il ne suffit pas de faire, il faut aussi montrer que l’on fait. Sauf que dans l’état actuel des choses, j’ai du mal à montrer. Mon activité actuelle est très souterraine. Je me motive en montrant à des contacts mon avancée quotidienne, mais je doute que cela passionne les abonnés de ma page d’auteur.
    Et maintenant, on fait quoi ?
    On en termine avec Ana, pardi !
    Je rempile pour le Camp NaNoWriMo de juillet, avec un objectif un peu plus ambitieux que celui d’avril (15000 ou 20000 mots, on verra), ce qui, ajouté à la progression de juin, devrait permettre d’arriver au bout du premier jet juste avant de partir en vacances.
    En parallèle, il faudra aussi, dans un avenir proche, s’occuper du travail éditorial sur le tome 3, dont la parution est prévue pour la rentrée de septembre.
    Mort sur la baie, c’est une visite de la baie de Cardiff par une nuit où les créatures magiques sont de sortie, et pas forcément les plus fréquentables. C’est une course contre la mort elle-même. C’est aussi un autre regard sur les événements du Nouveau Burlesque. Enfin, pour moi, c’est le défi consistant à suggérer certains éléments qu’Ana ne voit pas (et donc qui ne peuvent pas être abordés frontalement puisque c’est elle qui raconte), afin de mieux enchaîner sur Au-delà des lumières.
    Bref, si on me demande mon avis, c’est le meilleur des trois tomes que j’ai terminés. Mais ça n’engage que moi.
    La saison des salons d’automne reste un peu floue pour moi. Avec le Mois de l’Imaginaire en octobre, de nombreuses manifestations vont s’organiser prochainement et j’espère participer à certaines d’entre elles. En tout cas, pour la première fois de ma vie, j’irai au Salon du Livre de Colmar le week-end du 25-26 novembre.
    Le reste se décidera au fur et à mesure.

  7. Fin mai, début juin

    Commentaires fermés sur Fin mai, début juin

    juin 2, 2017 par Oph

    Deux mois sans un billet. Le printemps est rude pour l’activité bloguesque.
    On pourrait accuser les réseaux sociaux, mais j’accuse aussi une baisse de régime sur Facebook, mon usage de Twitter reste marginal, et celui de Mastodon encore plus.
    Si mes livres vous intéressent, si ma vie vous intrigue, vous êtes au bon endroit.
    Qu’est-ce que je fais en ce moment ?
    Qu’est-ce que je ferai prochainement ?
    Réponses ci-dessous !

    Avril-mai 2017 sous les feux des projecteurs
    Comme annoncé, l’anthologie Au fil de l’eau est parue en avril, à l’occasion du festival ImaJn’ère. Je n’étais malheureusement pas sur place, retenue en région parisienne par d’autres obligations.
    L’anthologie de l’année prochaine aura les monstres pour thème, j’aimerais y participer, j’ai un début d’idée, mais le cerveau un peu trop encombré en ce moment pour m’y mettre ! À suivre, donc.
    Début mai, j’ai rejoint la joyeuse équipe des éditions du Chat Noir au Salon Fantastique 5.1. Drôle de week-end marqué par l’élection présidentielle, où la tension des deux premiers jours s’est muée en soulagement le lundi, et où la météo était au froid entre deux grosses périodes de chaleur. Il s’agissait là de mon dernier salon avant l’été, puisque j’ai fait l’impasse sur les Imaginales pour des raisons d’organisation et de budget.
    Avril-mai 2017 en coulisses
    Après avoir bouclé le premier jet d’Ysa Zéro en mars, j’ai enchaîné avec le Camp NaNoWriMo d’avril.
    Projet : le tome 4 d’Ana l’Étoilée, qui emmène l’héroïne à Paris dans une sombre histoire de règlement de compte avec des vampires.
    Objectif : 10000 mots. C’était peu, mais il fallait d’abord que je cale un minimum de planification, ce qui m’a fait entamer la rédaction proprement dite le 10 du mois. De fait, j’ai réussi de justesse.
    À l’heure qu’il est, le début du roman, intitulé Au-delà des lumières, compte un peu moins de 22000 mots, ou plutôt de 125000 signes pour moi qui préfère cette unité de mesure. Je termine en ce moment le chapitre 7, il y en aura sans doute une vingtaine en tout, donc on peut supposer que le volume final frisera les 300000. Ça reste petit pour un roman, mais c’est le credo avec Ana : des livres courts qui se lisent vite. Ce quatrième et dernier tome sera ainsi le plus long de la série (175000 signes pour L’ours et la colombe, 215000 pour Piste d’enfer et 230000 pour Mort sur la baie).
    En parallèle, j’ai passé beaucoup de temps à m’occuper de mon jardin et j’ai repris le sport. Mon temps sur l’ordinateur est donc bien plus orienté vers l’écriture que vers les réseaux sociaux, ce qui explique ma présence moins visible en ligne.
    Mon ancienne responsable au bureau le répétait souvent : il ne suffit pas de faire, il faut aussi montrer que l’on fait. Sauf que dans l’état actuel des choses, j’ai du mal à montrer. Mon activité actuelle est très souterraine. Je me motive en montrant à des contacts mon avancée quotidienne, mais je doute que cela passionne les abonnés de ma page d’auteur.
    Et maintenant, on fait quoi ?
    On en termine avec Ana, pardi !
    Je rempile pour le Camp NaNoWriMo de juillet, avec un objectif un peu plus ambitieux que celui d’avril (15000 ou 20000 mots, on verra), ce qui, ajouté à la progression de juin, devrait permettre d’arriver au bout du premier jet juste avant de partir en vacances.
    En parallèle, il faudra aussi, dans un avenir proche, s’occuper du travail éditorial sur le tome 3, dont la parution est prévue pour la rentrée de septembre.
    Mort sur la baie, c’est une visite de la baie de Cardiff par une nuit où les créatures magiques sont de sortie, et pas forcément les plus fréquentables. C’est une course contre la mort elle-même. C’est aussi un autre regard sur les événements du Nouveau Burlesque. Enfin, pour moi, c’est le défi consistant à suggérer certains éléments qu’Ana ne voit pas (et donc qui ne peuvent pas être abordés frontalement puisque c’est elle qui raconte), afin de mieux enchaîner sur Au-delà des lumières.
    Bref, si on me demande mon avis, c’est le meilleur des trois tomes que j’ai terminés. Mais ça n’engage que moi.
    La saison des salons d’automne reste un peu floue pour moi. Avec le Mois de l’Imaginaire en octobre, de nombreuses manifestations vont s’organiser prochainement et j’espère participer à certaines d’entre elles. En tout cas, pour la première fois de ma vie, j’irai au Salon du Livre de Colmar le week-end du 25-26 novembre.
    Le reste se décidera au fur et à mesure.

  8. Taquiner le mammouth

    Commentaires fermés sur Taquiner le mammouth

    avril 26, 2017 par Skro

    Si vous avez suivi autre chose que la campagne pestilentielle ces trois dernières semaines, vous avez peut-être entendu parler de Mastodon, le réseau social qui monte… Loin de moi l’idée de vous faire un cours sur les tenants et les aboutissants du projet, ni de vous faire un tutorial sur « comment dompter la bête », d’autres … Continuer la lecture de « Taquiner le mammouth »


  9. Entre deux trous

    Commentaires fermés sur Entre deux trous

    avril 25, 2017 par Skro

    Je ponds un billet politique tous les 15 ans, et le fait qu’une personne au nom de stylo soit au deuxième tour de la présidentielle n’y est pas forcément étranger. Il y a quinze ans, j’étais parfaitement hilare à la vue des résultats, et ce billet (à l’époque article dans le canard des élèves) intitulé … Continuer la lecture de « Entre deux trous »


  10. Shot of the day: by the window

    Commentaires fermés sur Shot of the day: by the window

    avril 10, 2017 par Skro


Archives

Catégories

ZoC sur Twitter