Au-delà des lumières (Ana l’Étoilée, tome 4)

Toutes les bonnes choses ont une fin, et l'ultime tome de ma série d'urban fantasy est sur le point de paraître.


Accepter de travailler pour des vampires, c’est fait.
Me fâcher avec Jayesh juste avant de traverser la Manche, c’est fait.
Sentir le contrat foireux à plein nez, ça commence.
Plus la lumière est vive, plus profondes sont les ombres. C’est dire la noirceur des ténèbres de Paris, quand rien ne va comme prévu et qu’il me faut ramper sous terre à la recherche d’un miracle. Mais le piège ne s’est pas refermé sur n’importe qui. Je suis Ana, née avec une étoile dans la peau, et j’en ai plus qu’assez d’avoir peur.
Il est temps d’en finir.


Pour toute commande avant le 29 août, recevez un marque-page dédicacé par mes petits doigts !

C'est curieux, de laisser partir Ana, de se dire que je n'alternerai plus un tome de ses aventures avec chacun de mes autres voyages littéraires. Mais au moins, ce n'est pas triste : d'une part, j'ai pléthore d'autres projets, et d'autre part, qui sait ! L'envie de revenir à son monde pourrait me prendre n'importe quand.
Bref, n'hésitez pas, sautez à pieds joints dans la ville de Paris telle que la découvre ma sorcière.

La dernière fée de Bourbon aux éditions Lynks


Vous la connaissez déjà si vous me suivez depuis assez longtemps, mais sinon, vous la découvrirez la semaine prochaine chez votre libraire.

Empire Britannique, 1873, sur l’île Bourbon hantée par les diwas, des créatures magiques, imprévisibles et dangereuses.
Lisha Payet, retirée toute petite à sa famille, a grandi sur l’île Maurice voisine. Quatorze ans plus tard, elle revient à Bourbon pour y devenir une parfaite épouse victorienne, sous l’œil critique de la bonne société saint-pauloise.
C’est sans compter le conflit qui éclate sur l’île. Prise malgré elle dans ce soulèvement, Lisha devra choisir son camp. Famille adoptive ou liens du sang ? Obéissance ou transgression ? Ami d’enfance ou officier à la beauté troublante ? Si encore elle ne jouait que sa propre vie ! Mais l’île Bourbon, à travers sa dernière fée, lui a confié son destin et celui de toutes les créatures qui l’habitent.
Du battant des lames au sommet des montagnes, Lisha en apprendra plus qu’elle ne l’aurait souhaité sur les diwas, les hommes et sur elle-même.

Après un joli petit succès aux éditions du Chat Noir, La dernière fée de Bourbon reparaît aux éditions Lynks en semi-poche (livre un tout petit peu plus petit, un poil moins cher, mais avec le même texte, juste passé sous l’œil acéré d'une correctrice – coucou Ludmilla). Quel avantage ? Un vrai réseau de distribution qui permettra au roman de se retrouver dans bien plus de librairies.

Deux éditions, un roman.

Bref, rendez-vous jeudi 12 avril pour (re)découvrir La dernière fée de Bourbon, mon uchronie victorienne magique et tropicale !

Walrus Institute 3 : Pulp Wars

Il est sorti ! Et il est gratuit !
Le dernier opus de la série Walrus Institute est disponible depuis hier sur toutes les bonnes plateformes de distribution d'ebooks.


Présentation de l'éditeur :
Après la mort de Palmer McGrady, auteur fétiche de Bang Bang Press, broyé par une moissonneuse-batteuse alors qu’il faisait la sieste dans un champ après avoir fumé en une semaine la consommation annuelle moyenne de weed d’un Jamaïcain, après la disparition de son acolyte Spike Bonham-Carter, enlevé en 1982 par des extraterrestres, Arthur McMayhem, leur éditeur, était le dernier défenseur du pulp. Mort en 2013 après un interminable combat contre un cancer du foie, de la gorge, des intestins, du cerveau et du sang ayant dégénéralisé, il avait jusqu’au terme de sa lente agonie défendu les couleurs de ce genre en perdition. Réduit à contempler le champ de ruines qu’était devenu le paysage littéraire, McMayhem avait vu peu à peu tous les écrivains de son écurie se détourner de lui pour torcher de la romance, des manuels de coaching personnel ou des livres de cuisine.

Avec l’extinction de cette mythique maison d’édition, on croyait la véritable essence du pulp disparue à jamais. Certes, Walrus avait bien traduit quelques-uns de leurs titres, mais sans qu’on sache trop pourquoi, le Morse avait délaissé ce filon juteux... Et voilà qu’inexplicablement, aujourd’hui, comme un fantôme surgi du passé et ivre de revanche, comme un phénix qui renaît de ses cendres, Bang Bang Press refait parler de lui. Comme un bruissement d'ailes de papillon sur les réseaux, comme une musique de film d'horreur annonçant un déchaînement de violence inouïe... Tremblez, car une nouvelle guerre du pulp se profile : pulp's not dead!

Walrus Institute 3 : Pulp Wars est un recueil de nouvelles publié par Walrus mais orchestré par ses propres auteurs, avec des textes de Jacques Fuentealba (également aux manettes de l’anthologie), Jérémie Lebrunet, Vincent Corlaix, Olivier Saraja, Absinthe Pandémos, Stéphane Desienne, Ophélie Bruneau, Dominique Lémuri, Sandrine Scardigli, Célia Deiana, Antony Boulanger, Jean-Basile Boutak et Lilian Peschet.

L’éditeur ne saurait être tenu responsable des éventuelles pertes de santé mentale provoquées par la lecture de ce brûlot.

J'ai été embarquée sur le projet Pulp Wars au cours des Imaginales 2016. Je me suis tout naturellement retrouvée dans l'équipe de Bang Bang Press, les adversaires de Walrus décidés à reprendre la main sur le pulp.
Le concept des anthologies Walrus Institute veut que les auteurs se mettent en scène dans leurs nouvelles et je suis assez mal à l'aise avec ça, aussi m'en suis-je tirée avec une petite pirouette. Pour le reste, ayant lu les deux premiers volumes, je connaissais la mythologie locale et j'ai pris plaisir à y insérer des éléments plus personnels : le chiffre 9, les ninjas zombies, et bien entendu, la discordance rigolote qui survient quand on mélange les tracas du quotidien au frisson de l'aventure.
L'un dans l'autre (et réciproquement), le ton de ma nouvelle Bang Bang Séide se situe quelque part entre Et pour quelques gigahertz de plus et Ana l'Étoilée, avec une bonne dose de nawak foutraque en plus.

Pourquoi se priver ? C'est gratuit.
Bonne année !

Mort sur la baie (Ana l’Étoilée tome 3)


C'était juste une formalité pour Jayesh et moi, en vacances forcées à la campagne : quelqu'un à rencontrer à Cardiff, une simple vérification à faire, et pourquoi pas une sortie en ville ? Mais voilà, rien n'est simple dans ma vie de sorcière. Au lieu de profiter de la soirée, nous voilà pris dans une course contre la mort, traquant une sirène irlandaise à travers la capitale galloise infestée de monstres. Mes récents cours de magie suffiront-ils quand le passé resurgit sous sa forme la plus angoissante ? Ou devrai-je, pour sauver ceux qui m'entourent, accepter une alliance contre nature ?

Commandez Mort sur la baie !

Pour toute précommande avant le 5 septembre, recevez avec votre ouvrage un marque-page dédicacé par mes soins. Début des envois le 11 septembre 2017.

Ce troisième tome nous emmène à Cardiff avant un quatrième et dernier situé à Paris, auquel je travaille en ce moment
Qu'en dit l'éditeur ?
Rien que de belles choses !
Ana l'étoilée, ce n'est pas une saga d'urban fantasy classique ; ce n'est pas une histoire découpée en plusieurs tomes, ce n'est pas non plus quatre aventures indépendantes, missions isolées de notre sorcière freelance bien aimée. Non, il s'agit bien d'une série avec des récits certes distincts mais avec un impact bien marqué sur les tomes qui suivent. Ainsi, en sus d'une aventure qui se suffit à elle-même dans chaque livre, des axes se développent avec saveurs sur l'ensemble de la saga ; c'est le cas de la romance, c'est aussi le cas pour l'évolution psychologique d'Ana, de l'évolution de ses pouvoirs et son rapport à la magie et aussi de l'installation du monde dans lequel elle évolue. La série a ça de génial : chaque aventure prend place dans une ville différente d'Europe (Madrid, Londres, Cardiff puis Paris) ce qui permet à l'auteur d'étoffer le monde magique en fonction de différentes cultures/lieux/traditions. Il y a une logique à l'immersion dans cette facette surnaturelle de notre réalité, et la logique on la retrouve aussi dans le personnage cérébral d'Ana qui a un rapport très cartésien à la magie, une autre originalité du récit que j'ai beaucoup apprécié. Car l'auteur réinvente les codes de l'héroïne d'urban, voire même du héros tout court. Chaque obstacle sur la route d'Ana n'est pas là par hasard et, arrivé à l'avant-dernier tome de la saga, après avoir perçu des saveurs distinctes en chaque opus, on peut commencer à percevoir et savourer le goût général et parfumé de l'univers d'Ana l'étoilée dans son ensemble. Ces quatre récits courts ont une vraie personnalité, seuls mais aussi ensemble, et contrairement à ce qu'on pourrait penser, ils ne sont pas trop courts. Ces livres sont à l'image de leur héroïne (superbement représentée par le travail d'Alexandra V Bach en passant), il y a ce qu'il faut là où il faut, ni plus ni moins, ils sont parfaits tels qu'ils sont. Et si vous n'avez pas encore découvert la série, je vous invite à le faire avant l'arrivée du tome 3.

Mort sur la baie (Ana l’Étoilée tome 3)


C'était juste une formalité pour Jayesh et moi, en vacances forcées à la campagne : quelqu'un à rencontrer à Cardiff, une simple vérification à faire, et pourquoi pas une sortie en ville ? Mais voilà, rien n'est simple dans ma vie de sorcière. Au lieu de profiter de la soirée, nous voilà pris dans une course contre la mort, traquant une sirène irlandaise à travers la capitale galloise infestée de monstres. Mes récents cours de magie suffiront-ils quand le passé resurgit sous sa forme la plus angoissante ? Ou devrai-je, pour sauver ceux qui m'entourent, accepter une alliance contre nature ?

Commandez Mort sur la baie !

Pour toute précommande avant le 5 septembre, recevez avec votre ouvrage un marque-page dédicacé par mes soins. Début des envois le 11 septembre 2017.

Ce troisième tome nous emmène à Cardiff avant un quatrième et dernier situé à Paris, auquel je travaille en ce moment
Qu'en dit l'éditeur ?
Rien que de belles choses !
Ana l'étoilée, ce n'est pas une saga d'urban fantasy classique ; ce n'est pas une histoire découpée en plusieurs tomes, ce n'est pas non plus quatre aventures indépendantes, missions isolées de notre sorcière freelance bien aimée. Non, il s'agit bien d'une série avec des récits certes distincts mais avec un impact bien marqué sur les tomes qui suivent. Ainsi, en sus d'une aventure qui se suffit à elle-même dans chaque livre, des axes se développent avec saveurs sur l'ensemble de la saga ; c'est le cas de la romance, c'est aussi le cas pour l'évolution psychologique d'Ana, de l'évolution de ses pouvoirs et son rapport à la magie et aussi de l'installation du monde dans lequel elle évolue. La série a ça de génial : chaque aventure prend place dans une ville différente d'Europe (Madrid, Londres, Cardiff puis Paris) ce qui permet à l'auteur d'étoffer le monde magique en fonction de différentes cultures/lieux/traditions. Il y a une logique à l'immersion dans cette facette surnaturelle de notre réalité, et la logique on la retrouve aussi dans le personnage cérébral d'Ana qui a un rapport très cartésien à la magie, une autre originalité du récit que j'ai beaucoup apprécié. Car l'auteur réinvente les codes de l'héroïne d'urban, voire même du héros tout court. Chaque obstacle sur la route d'Ana n'est pas là par hasard et, arrivé à l'avant-dernier tome de la saga, après avoir perçu des saveurs distinctes en chaque opus, on peut commencer à percevoir et savourer le goût général et parfumé de l'univers d'Ana l'étoilée dans son ensemble. Ces quatre récits courts ont une vraie personnalité, seuls mais aussi ensemble, et contrairement à ce qu'on pourrait penser, ils ne sont pas trop courts. Ces livres sont à l'image de leur héroïne (superbement représentée par le travail d'Alexandra V Bach en passant), il y a ce qu'il faut là où il faut, ni plus ni moins, ils sont parfaits tels qu'ils sont. Et si vous n'avez pas encore découvert la série, je vous invite à le faire avant l'arrivée du tome 3.

Au fil de l’eau, l’anthologie !

Chaque année, une anthologie à thème paraît à l'occasion du festival imaJn'ère. Western, vampires, fin du monde...
Ce coup-ci, c'est l'eau qui se voit mise à l'honneur.

Qu’elle soit destructrice ou source de vie, force de guérison, de purification, de protection, de régénération, qu’elle représente une contrainte, un danger pour nos corps majoritairement composés d’eau ou pour notre Terre, notre chère « planète bleue », l’eau vous entraînera sans concession à travers des aventures maritimes, des mythes hydrophiles et des enquêtes détrempées. Elle vous contera de façon positive ou non, cette soif vitale qui nous tient, ce besoin sans cesse renouvelé de nous rafraîchir et de nous abreuver à la source de toute chose.

Au milieu d'une brochette de textes plus recommandables les uns que les autres se trouve ma nouvelle Pic-de-Fond, qui navigue entre capitalisme, diplomatie, mécanique des matériaux et lointaine influence de légende écossaise.
Une planète-océan, une dictature religieuse, une usine isolée, une activité interrompue à la suite de trop coûteux incidents de production. Pour les experts Maho et Nat, la question est aussi simple que le contexte est délicat : peut-on redémarrer Pic-de-Fond ?

L'anthologie paraît officiellement le 8 avril, jour de l'ouverture du salon, mais elle est en précommande au prix spécial de 15 euros (au lieu de 19).

Au fil de l’eau, l’anthologie !

Chaque année, une anthologie à thème paraît à l'occasion du festival imaJn'ère. Western, vampires, fin du monde...
Ce coup-ci, c'est l'eau qui se voit mise à l'honneur.

Qu’elle soit destructrice ou source de vie, force de guérison, de purification, de protection, de régénération, qu’elle représente une contrainte, un danger pour nos corps majoritairement composés d’eau ou pour notre Terre, notre chère « planète bleue », l’eau vous entraînera sans concession à travers des aventures maritimes, des mythes hydrophiles et des enquêtes détrempées. Elle vous contera de façon positive ou non, cette soif vitale qui nous tient, ce besoin sans cesse renouvelé de nous rafraîchir et de nous abreuver à la source de toute chose.

Au milieu d'une brochette de textes plus recommandables les uns que les autres se trouve ma nouvelle Pic-de-Fond, qui navigue entre capitalisme, diplomatie, mécanique des matériaux et lointaine influence de légende écossaise.
Une planète-océan, une dictature religieuse, une usine isolée, une activité interrompue à la suite de trop coûteux incidents de production. Pour les experts Maho et Nat, la question est aussi simple que le contexte est délicat : peut-on redémarrer Pic-de-Fond ?

L'anthologie paraît officiellement le 8 avril, jour de l'ouverture du salon, mais elle est en précommande au prix spécial de 15 euros (au lieu de 19).

Piste d’enfer (Ana l’Étoilée 2)

Il est beau, il est chaud et il sort aujourd'hui !


De retour à Londres après une mission chaotique, je n’espérais qu’une chose : me remettre de mes émotions avec une tasse de thé et un nuage de repos. Je ne m’attendais pas à ce qu’un vampire en fuite décide de squatter ma baignoire. Ni à ce qu’une copine, pourtant étrangère au monde de l’occulte, se retrouve inexplicablement contaminée par une forte dose de magie ancienne. Encore moins à ce que le beau Jayesh, mon ingénieur lumières et plus si affinités, disparaisse sans prévenir des écrans radar et même des réseaux sociaux. Le danger rôde dans le milieu du théâtre londonien, et avec Jayesh pris dans la nasse, je ne peux pas fermer les yeux. Je dois découvrir ce qui se trame, même si cela implique de risquer ma vie devant une bande de sadiques assoiffés de sang. Qui voulait retrouver un peu de calme, déjà ?

Ce deuxième tome (sur 4 prévus) des aventures d'Ana Montañez emmène notre héroïne dans les sous-sols de Londres.
On peut le commander en cliquant ici ou l'acheter sur les salons ou dans les librairies partenaires.


C'est l'occasion de mettre à l'épreuve notre sorcière, encore très fragile après les événements du premier tome, et pourtant contrainte de se remettre en danger sous peine de perdre celui qu'elle aime avant même de l'avoir serré dans ses bras.


Piste d’enfer (Ana l’Étoilée 2)

Il est beau, il est chaud et il sort aujourd'hui !


De retour à Londres après une mission chaotique, je n’espérais qu’une chose : me remettre de mes émotions avec une tasse de thé et un nuage de repos. Je ne m’attendais pas à ce qu’un vampire en fuite décide de squatter ma baignoire. Ni à ce qu’une copine, pourtant étrangère au monde de l’occulte, se retrouve inexplicablement contaminée par une forte dose de magie ancienne. Encore moins à ce que le beau Jayesh, mon ingénieur lumières et plus si affinités, disparaisse sans prévenir des écrans radar et même des réseaux sociaux. Le danger rôde dans le milieu du théâtre londonien, et avec Jayesh pris dans la nasse, je ne peux pas fermer les yeux. Je dois découvrir ce qui se trame, même si cela implique de risquer ma vie devant une bande de sadiques assoiffés de sang. Qui voulait retrouver un peu de calme, déjà ?

Ce deuxième tome (sur 4 prévus) des aventures d'Ana Montañez emmène notre héroïne dans les sous-sols de Londres.
On peut le commander en cliquant ici ou l'acheter sur les salons ou dans les librairies partenaires.


C'est l'occasion de mettre à l'épreuve notre sorcière, encore très fragile après les événements du premier tome, et pourtant contrainte de se remettre en danger sous peine de perdre celui qu'elle aime avant même de l'avoir serré dans ses bras.


Piste d’enfer (Ana l’Étoilée 2)

Il est beau, il est chaud et il sort aujourd'hui !


De retour à Londres après une mission chaotique, je n’espérais qu’une chose : me remettre de mes émotions avec une tasse de thé et un nuage de repos. Je ne m’attendais pas à ce qu’un vampire en fuite décide de squatter ma baignoire. Ni à ce qu’une copine, pourtant étrangère au monde de l’occulte, se retrouve inexplicablement contaminée par une forte dose de magie ancienne. Encore moins à ce que le beau Jayesh, mon ingénieur lumières et plus si affinités, disparaisse sans prévenir des écrans radar et même des réseaux sociaux. Le danger rôde dans le milieu du théâtre londonien, et avec Jayesh pris dans la nasse, je ne peux pas fermer les yeux. Je dois découvrir ce qui se trame, même si cela implique de risquer ma vie devant une bande de sadiques assoiffés de sang. Qui voulait retrouver un peu de calme, déjà ?

Ce deuxième tome (sur 4 prévus) des aventures d'Ana Montañez emmène notre héroïne dans les sous-sols de Londres.
On peut le commander en cliquant ici ou l'acheter sur les salons ou dans les librairies partenaires.


C'est l'occasion de mettre à l'épreuve notre sorcière, encore très fragile après les événements du premier tome, et pourtant contrainte de se remettre en danger sous peine de perdre celui qu'elle aime avant même de l'avoir serré dans ses bras.